Vers une élection présidentielle sans code électoral ?
 
   
07/09/2011
Cameroun
Eau potable pour 45.000 personnes
  
 
   

45000 personnes accèdent à l’eau potable et plus de 80 ménages à une technologie alternative d’assainissement autonome viable dans la ville de Yaoundé.

C’est le fruit des œuvres de deux organisations non gouvernementales Ingénieurs Sans frontières (ISF) de Catalogne (Espagne) et Environnement Recherche Action au Cameroun (ERA-Cameroun). Les populations des quartiers Eba’a (Mvog-Betsi), Nkom-Nkana Plateau (derrière Zibi par Mendong), Melen 8 Onana Meuble (ancien Shell Obili), Melen 1 (carrefour Emia), Melen 5 (gendarmerie nationale), Melen 3 (polytechnique), Melen 4 (mini-ferme), les Elig-Effa 1 à 7, Nkolso’o (nouvelle route Nkolbisson) et Messa Mezala (ancien gare routière Douala) avaient déjà perdu l’espoir d’avoir, un jour, le précieux liquide de la vie qu’est l’eau potable. Et pour cause les raisons évoquées pour justifier le non alimentation de ces populations étaient vraisemblablement insurmontables. En effet, les responsables de la société en charge du service d’eau potable en milieu urbain au Cameroun arguent que ces populations sont situées au-dessus des châteaux d’eau pour certains et dans des zones inaccessibles pour d’autres.

Grace au dynamisme des membres des ONG ISF-Catalogne (Espagne) et d’Era-Cameroun à la participation des populations concernées, en trois années de travail (2008-20011), l’eau potable est désormais disponible à proximité en quantité et en qualité. En effet, avec un financement obtenu de l’union Européenne (UE) et de l’Agence Catalane de Coopération et de Développement (ACCD) plus de 11 km de canalisation de distribution d’eau potable est posé dans ces quartiers, 2 châteaux d’eau de 250 m 3 et 110 m3 avec des ouvrages de relais sont réalisés respectivement aux quartiers Eba’a et Nkom-Nkana Plateau, 27 bornes fontaines payantes sont installées. En collaboration avec la Camerounaise des Eaux (CDE) plus de 200 familles sont branchées sur les réseaux installés. Une cinquantaine parmi ces ménages a bénéficié du branchement social : GPOBA. De l’eau potable coule dans les domiciles et dans les bornes fontaines payantes à la grande joie des populations. Dans tous les quartiers concernés, c’est la jubilation.

Le 17 mars 2011, le ministre de l’énergie et de l’eau, monsieur Michael Ngako Tomdio est allé lui-même constater sur le terrain à Mvog-Betsi à l’occasion de la semaine de l’eau 2011. Les prix de vente d’eau dans les bornes fontaines ont été fixés de manière à permettre aux plus démunis à se ravitailler. Enfin 2400 récipients muni de couvercle et équipé d’un robinet ont été produits : plus de 400 ont été distribués aux ménages et 2000 mis en vente au prix promotionnel de 2500 francs l’unité. L’assainissement des eaux usées et des excrétas est l’autre problème auquel faisait face ces mêmes populations. Les populations utilisaient essentiellement des latrines traditionnelles humides. Ces ouvrages rudimentaires avaient des effets négatifs sur l’environnement. Outre la pollution de l’air, ces ouvrages contaminaient la nappe d’eau souterraine précisément les eaux des puits ainsi qu’ils étaient sources de nombreux conflits entre les voisins. Enfin cet ouvrage était à usage unique. Une fois que la fosse est pleine, la famille doit construire une nouvelle ce qui entraine un investissement financier.

Pour maitriser les effets négatifs des latrines traditionnelles humides, Era-Cameroun en collaboration avec le Laboratoire Environnement et Sciences de l’eau de l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé a découvert une technologie alternative d’assainissement autonome viable. Il s’agit de la latrine à double fosses sèches ventilées. Cet ouvrage révolutionnaire permet aux familles de réaliser des économies d’espace et financiers, de préserver l’environnement contre les pollutions et de favoriser l’harmonie entre les voisins. En effet, l’ouvrage est économique parce qu’il est construit une fois pour toute (la famille n’investira plus dans la construction d’une latrine si les membres respectent les consignes d’utilisation), protecteur de l’environnement parce qu’il ne dégage pas d’odeurs nauséabondes et ne contamine pas l’eau souterraine donc les puits d’eau du quartier. Enfin il favorise l’harmonie entre les voisins parce qu’il ne cause aucun problème aux voisins.

Les ménages des quartiers d’intervention ont été formés sur cette technologie, sensibilisés sur ses avantages. Plus de 45 ouvrages témoins ont été construits : 38 dans les ménages et le reste dans les établissements scolaires, lieux de culte et foyer communautaire. Cette entreprise a réussi grâce à la participation effective des populations des quartiers lesquelles ont souvent fourni les informations utiles et surtout offert gratuitement les sites pour la construction de tous les ouvrages d’art. L’ensemble des réalisations doit être repris par l’Etat du Cameroun puis intégré dans réseau public de distribution d’eau potable dans la ville de Yaoundé pour un meilleur suivi d’exploitation.
Des informations complémentaires peuvent être obtenues sur le site Web d’ERA-Cameroun : WWW.era-cameroun.com
TALOM Syriaque

Témoignages
Mr TSOMEJIO Pierre Marie
Habitant du quartier NKom-Nkana Plateau, secteur Sud

Quel Rêve !! Qui eu cru ! Je crois vraiment que mon rêve est devenu une réalité. Pour une première fois dans l’histoire de mon quarter, un projet est arrivé à son terme avec succès : Projet AQUA (L’eau) Ce précieux liquide que personne ne peut s’en passer est enfin arrivé chez moi ! Regardez comme je rayonne de bonheur. Tout est propre chez moi depuis que ce liquide a fait son entrée. Quel bonheur J’ai l’impression que je suis l’homme le plus heureux de la terre. Merci ERA-Cameroun ; Que Dieu vous utilise pour que vous aidez les couches vulnérables.

Mme TCHOUPOU CLARISSE, présidente de l’ASSOFEMOM (association des femmes de melen 8 onana meuble) et secrétaire générale adjointe du comité d’animation au développement de melen 8 Onana meuble

C’est en 2007 que les populations de mêlent 8 om par le truchement de son CAD, adhère au projet AQUA. Nous avions un réel problème d’extension du réseau d’eau dans notre quartier. En effet comme vous le constatez, la majorité de la population habitant le quartier sis en zone de bas fonds, étant donc éloigné de la canalisation des eaux de la CDE, elle était confrontée au non accès à l’eau potable et ne consommaient que l’eau des pluies. Ceci avec toutes les conséquences sanitaires qui en découlent.

Nos attentes dans ce projet ne sont pas complètement satisfaites. En effet, jusqu’à lors nous n’avons pas de branchement individuels dans la zone de bas fonds du quartier ou vit la majorité des habitants. Il nous a été dit que le réseau d’eau ne pourrait être étendu au-delà de 25m des tuyaux de canalisation, or les bas-fonds eu sont à plus de 40m, voir 50m. Une exception avait été accordé par le CDE, après une négociation entreprise par ERA –CAM, d’aller jusqu’à 50m de réseau, mais elle n’a pas été prise en application. Comme conséquence, on a la partie la plus nécessiteuse des branchements individuels qui n’en bénéficie pas. Nous appelons ERA-CAM à réagir comme il nous l’a toujours montré. Cela fait environ 1 mois que les 3 bornes-fontaines du quartier fonctionnent normalement et permettent aux habitants de s’alimenter en eau à proximité et en permanence. Le CAD a mis sur pied un comité de gestion des ouvrages qui assure la gestion courante des ouvrages, rend compte au CAD qui statue en dernier ressort.

Dr Léonard SONKENG KENFACK
Juriste socio politique
Habitant du quartier Nkom-Nkana Plateau

Quelle joie, quel bonheur de recevoir ou d’accueillir en ce début d’année 2011, le précieux cadeau, la manne descendre tout droit d’ERA-cameroun ! A Nkom-nkana plateau sud, tout est gaie, tout est plein de vitalité et de sourire. Cette campagne, longtemps asséchée, a pris sa revanche. En fin, l’eau potable, ce précieux sésame coule à flot depuis des jours dans les ménages au grand bonheur de ses populations. Comme dirait quelqu’un : l’eau sort du mur. Qui l’eut cru ! Nos enfants ne vont plus brutaliser leur doux sommeil matinal, se levant tôt à 4 h ou 5h pour arpenter les couloirs broussailleux et accidentels de ces ruelles sombres qui conduisent à la source ; elle aussi jadis aménagée grâce à ERA-Cameroun, au risque d’être mordus par des serpents et autres reptiles dangereux ou d’être abusés par ces noctambules dangereux et sans scrupules qui peuplent nos quartiers.

Et moi personnellement, je peux enfin me reposer de ma corvée dominicale consistant à étouffer les amortisseurs de mon véhicule par ces grosses et vieilles gourdes, dans le souci de constituer auprès d’une borne fontaine payante une réserve d’eau suffisante pour la semaine. Je dis bravo à ERA-Cameroun et à toute la magnifique équipe de camerounaise et d’expatriés qui ont cru et conduit jusqu’à son terme le projet quartier et AQUA. Je souhaite que davantage cette ONG camerounaise nourrisse de nouveaux projets à notre faveur, que davantage de bailleurs de fonds lui fasse confiance pour que nous continuons d’être ce peuple béni.
Bon vent à ERA-Cameroun

RODRIGUE BERTRAN TUENO
CRTV-Nord-Ouest
Habitant du quartier Eba’a
Projet AQUA
Jubilation à Eba’a

Après l’inauguration des ouvrages d’assainissement et d’approvisionnement en eau potable du projet, le 07 octobre 2010, les branchements individuels ont démarré. Le témoignage du chef de l’un des trois premiers ménages raccordés au réseau au quartier Eba’a. Vendredi 07 janvier 2011. Il est 18 heures 15 minutes lorsque des cris de joie retentissent au domicile voisin du poste de gendarmerie de Mewoulou au quartier Eba’a. Dix minutes plus tard d’autres cris de ravissement éclatent dans un deuxième domicile. Un troisième domicile situé dans la rue adjacente à celle du poste de gendarmerie prend le relais, un quart heures après. Les curieux accourent, l’esprit taraudé par plusieurs interrogations. Qu’est ce qui peut être à l’origine de cette gaieté ? Ces gens ont-ils gagné au PMUC où à l’un des dix véhicules de la tombola de l’opérateur de téléphonie ORANGE-CAMEROUN ?

Une fois sur place, ils découvrent des adultes et des enfants agglutinés autour d’un robinet ou d’un bout de tuyau à pression duquel coule abondamment de l’eau. De l’eau potable. L’on s’embrassent, se congratulent. De petits groupes se forment pour commenter la nouveauté. Certains membres des trois ménages esquissent de temps en temps de pas de danse. Le rêve est devenu réalité. Un rêve vieux de vingt ans pour la famille Akana, l’une des plus anciennes du coin. La nuit fut longue dans les trois ménages où la fête a battu son plein jusqu’à une heure très avancée. Avant de tomber dans les bras de morphée, enfants et parents ont ressassé toutes les années de quête pénible du liquide de la vie. Tantôt en sortant tous les récipients en saison pluvieuse, tantôt en parcourant de longues distances à la recherche des points d’eau.

Ils ne courent pas les rues dans ce quartier rocheux où de nombreuses tentatives de creusage de puits d’eau et autres fosses sceptiques, après une profondeur de quatre mètres ou de neuf mètres pour les veinards butent sur le rocher. Ces familles ont dit adieu aux toilettes approximatives en saison sèche, aux maladies hydriques, à ces corvées d’eau qui ont privé leurs enfants de temps de jeu et de révision de leurs leçons. Pour toutes ces retombées elles ont crié : « Dieu est grand, mais joseph Mpouma le président du comité d’animation au développement d’Eba’a, ERA-cameroun et tous ses partenaires du projet AQUA, ne sont pas petits ».

Mpouma Joseph,
président du Comité d’Animation au développement d’Eba’a

La population de Mvog-betsi (Eba’a)… autrefois dépourvu d’adduction d’eau potable est aujourd’hui au cœur de sa jubilation….la population de Mvog-Betsi (Eba’a) gardera dans leur mémoire un souvenir incomparable : celui de la vie car, dit-on « l’eau c’est la vie »

  
Date :  07/09/2011
Auteur :  Henri Fotso
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

aic, l'écho de l'Afrique profonde ...
votre partenaire pour le développement humain.