Document sans nom Document sans nom
Slider Kit > Image fx add-on
JPEG - 50.8 ko
JPEG - 246.9 ko
logo
JPEG - 239.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
entete
Milonic DHTML/JavaScript Menu Sample Page DHTML JavaScript Menu By Milonic
Historique Présentation Nos produits Notre réseau Espace client
Flash news

CAMEROUN : IL NE RESTERAIT PLUS QU’ENVIRON 250 PYGMEES BEDJANG !

200 F.CFA (0,30 EUROS) : ACHETEZ UNE CHANSON CI-DESSUS DANS "ESPACE CLIENT".

◊  ACTUALITE > Culture > → ERIC TOPONA : UNE PASSION DE JUSTICE ET DE LIBERTÉ

Il m’a été difficile d’écrire sur l’ouvrage de mon collègue Eric : «  Misère et grandeur de la liberté d’informer » sorti en octobre 2019. La rigueur de notre métier, et le mérite de cet ouvrage, ne me permettaient pas d’écrire par complaisance. Il a fallu du temps, peut-être le temps de Dieu, mais surtout le déclic de la dédicace organisée par Reporters Sans Frontières .

«  Misère et grandeur de la liberté d’informer   ». Voilà donc le titre fort révélateur d’un ouvrage qui sent encore la presse, c’est-à-dire un nouveau livre. Son auteur ? Eric Topona, régulièrement écouté sur certaines des 250 fréquences partenaires de la radio internationale allemande, Deutsche Welle, aux quatre coins de l’Afrique. L’enfant prodige de Célestin Topona Mocnga, cet autre journaliste et homme politique bien connu depuis 1992 au Tchad aux côtés de Saleh Kebzabo de l’Union nationale pour le développement et le renouveau, vient d’ailleurs de lancer officiellement ce livre, par une grosse opération de dédicace dans la capitale française. S’il est vrai que l’organisateur de cette séance événementielle n’est pas des moindres, Reporters Sans Frontières, on peut aussi reconnaître que les lecteurs ont accouru des quatre coins de Paris pour le caractère poignant et instructif de l’ouvrage.

Une histoire personnelle et générale

«  Misère et grandeur de la liberté d’informer  » n’est pas alors une fiction, pas du tout. C’est le roman vrai du journaliste Eric Topona. On en retient que le 4 mai 2013, Eric Topona fut mis sous mandat de dépôt à la prison d’Amsinené de N’Djaména au Tchad, pour «  Complot et atteinte à l’ordre constitutionnel  ». Ce fut une condamnation surprise d’autant que le journaliste était étranger à tout ce qui lui était reproché. Avait-on confondu le jeune homme à son père qui portait le même patronyme que lui, et exerçait le même métier que lui, en étant homme politique de presque premier plan ? Eric Topona était ainsi pris dans un procès absurde, un procès à la Joseph K. de Franz Kafka. Grâce à la mobilisation de ses confrères de la presse, tchadienne et internationale, des organisations de défense des droits humains, des avocats, de sa famille et de ses amis, Eric Topona Mocnga redécouvrit la liberté le 18 août 2013, après un peu plus de trois mois au bagne. Chance à lui, contrairement à Joseph K. Car au Tchad, pour de telles accusations en ces années-là, on pouvait disparaître sans trace !

Selon Eric Topona, le procès au terme duquel il fut libéré fut moins celui d’un prétendu «  complot  » que celui d’une «  atteinte à l’ordre constitutionnel  », plus factice que réel. Ce fut, ironie du sort, le procès de l’arbitraire et de l’injustice. C’est donc cette histoire malheureuse vécue au Tchad par un jeune journaliste sorti à peine de l’école, qui est le prétexte du livre, «  Misère et grandeur de la liberté d’informer  », paru le 30 octobre 2019 chez Edilivre à Paris.

Le journaliste argue qu’en réalité, on voulait trouver des raisons pour justifier son arrestation en l’accusant d’être en contact avec Makaïla Nguebla, un blogueur tchadien qui vivait en exil à Dakar au Sénégal. Pour cela, sa boîte mail avait été piratée et on lui trouva un texte censé être sa réponse à cet activiste tchadien. Le texte prétendument de lui, lui apprenait-on, appelait la jeunesse tchadienne à prendre les armes contre le régime d’Idriss Déby Itno. Or Eric Topona n’avait jamais échangé un mail avec Makaïla Nguebla allant dans ce sens. « C’était de la pure affabulation », se défend le journaliste.

Une telle affaire vous déplume, forcément, pour le moins. Ce fut la mort professionnelle d’Eric Topona à la radiotélévision publique tchadienne où il exerçait. Il lui aura fallu un peu plus de six années pour panser ses blessures tant physiques que psychiques, prendre un indispensable recul, engager un travail de reconstruction personnel et professionnel pour revenir sur cette parenthèse sombre et dramatique de sa vie de journaliste et d’homme. En effet, «  Misère et grandeur de la liberté d’informer  » n’est pas une étrange histoire parce que réelle et personnelle, parce que récurrente et générale en Afrique. En cela, Eric Topona affirme : « Certains confrères, qui ont subi les mêmes avanies que moi, ont parfois choisi le silence ou ont pris la décision stoïque de les assumer, la mort dans l’âme, une fois renversé le rouleau compresseur de l’arbitraire.  » Pour le journaliste désormais écrivain aussi, la liberté d’information demeure menacée dans le monde et de nombreux confrères continuent de payer un lourd tribut au devoir d’informer. Son ouvrage est un témoignage, une catharsis, et une interpellation de l’humanité entière sur le besoin de protéger le plus beau métier du monde.

Un message de portée historique et prospective

A l’occasion du lancement de cet ouvrage de référence sur la liberté, la justice et la démocratie, Eric Topona affirme que «  Misère et grandeur de la liberté d’informer  » s’adresse aux professionnels de la communication du monde entier, aux militants et défenseurs des droits de l’homme, bref, à tous ceux qui sont épris de justice, de démocratie et ceux qui sont mus par le respect de la liberté de la presse et des droits de l’homme dans le monde. Il conclut qu’il est destiné enfin et surtout à ses confrères tchadiens, ceux des médias publics, pour leur permettre de se libérer de l’autocensure qui les étouffe et les empêche de faire du journalisme professionnel, alors même qu’officiellement on clame qu’il n’y a pas de censure à la Radio et Télévision nationale.

Parce que son père, Célestin Topona Mocnga, occupe le poste de Premier vice-président de l’Union nationale pour le développement et le renouveau, parti d’opposition au Tchad, Eric Topona Mocnga prévient cependant : «  Mon livre n’est ni un pamphlet politique ni un avis inspiré par un parti politique contre le régime tchadien. Je m’adresse ainsi à tous ceux qui seraient tentés de faire un raccourci par rapport à la position politique de mon père »

Rappelons qu’Eric Topona reste un journaliste professionnel. Journalistique mort au Tchad en 1993, il a depuis quelques années ressuscité en Allemagne où il officie au service francophone de Deutsche Welle. L’auteur a, à la base, une formation en droit et en sciences politiques. Le livre de 196 pages est disponible en version numérique et imprimée chez Edilivre (www.edilivre.com), chez Amazon (www.amazon.fr), à la FNAC (www.fnac.com), à Chapitre (www.chapitre.com), auprès de l’auteur et différentes autres points de vente physiques et numériques en Europe et en Afrique, y compris dans son pays le Tchad.

Henri FOTSO

Dans la meme rubrique

CAMEROUN : LES DROITS VOISINS AU CENTRE D’UNE CAMPAGNE
Publié le : 21-Jan-2019    19:47:53 
JPEG - 88.9 ko
logo
La Société civile des droits voisins du droit d’auteur (SCDV) a lancé une campagne de sensibilisation à Douala, au lieu-dit Marché Congo, lundi 21 janvier. Aladji Touré, le président du Conseil d’Administration veut informer les usagers sur les contours (...)
En savoir +
COOPERATION : UNE NOUVELLE PLATEFORME CULTURELLE AFRICAINE EN MARCHE
Publié le : 29-Apr-2018    16:18:21 
JPEG - 157.2 ko
logo
L’Afrique maghrébine et l’Afrique subsaharienne peuvent désormais scruter l’avenir dans la concertation et la coopération culturelles. L’idée d’une plateforme née en octobre 2017 à Yaoundé au Cameroun a été concrétisée à Abidjan en Côte d’Ivoire, seulement (...)
En savoir +
CAMEROUN : LE SPECTACULAIRE AU SERVICE DES DROITS DES JEUNES
Publié le : 10-Dec-2017    12:16:13 
JPEG - 593.1 ko
logo
Justine Gaga, la performeuse camerounaise a su crever l’écran à la journée inaigurale de la dixième édition du Salon Urbain de Douala, SUD 2017.
En savoir +
CAMEROUN : DOUALA PRISE D’ASSAUT PAR DES ARTISTES
Publié le : 05-Dec-2017    10:33:00 
JPEG - 433.7 ko
logo
Ville d’histoire, ville d’arts, la capitale économique du Cameroun voit ses rues et quartiers pris d’assaut par des acteurs urbains d’un genre qui suscitent étonnement, curiosité et interrogations. C’est la 4ème édition de la triennale internationale (...)
En savoir +
ANNE MARIE NZIE EST MORTE : UNE HISTOIRE SUR DEUX SIECLES
Publié le : 25-May-2016    08:09:00 
JPEG - 77.4 ko
logo
Le plus récent laurier d’Anne Marie Nzié remonte au début de mai 2016 à Ouagadouou, au Burkina Faso. Peut-être, en attendant ceux qui lui seront décernés à titres posthumes… pour sa longue, riche et honorable carrière. Car elle s’en est définitivement (...)
En savoir +

1 | 2 | 3

Exclusivité
JPEG - 93.2 ko
CLICHES DU PARTI DE L’ESPRIT D’AVRIL 48
En savoir +
Hacked By Gezah
JPEG - 55.1 ko
VISITE D’ETAT DU PRESIDENT FRANÇAIS FRANÇOIS HOLLANDE AU CAMEROUN ET EN IMAGES
Visionner l'album
ECOUTER AIC Slider Kit > Menus
  • Le Journal audio

    L’ACTUALITÉ VUE PAR NOTRE RÉDACTION

    Ecouter +
  • Mémoire de chez nous

    LE MAGAZINE RADIO DE LA REDACTION

    Ecouter +
  • Hit music

    HIT PARADE MUSICAL DU KMER

    Ecouter +
Document sans nom
COMPTEUR
DE
VISITES
Aujourd'hui : 1706 Cette semaine : 11043 Ce mois : 51657 Total visiteurs
Hier : 1611 La semaine passée : 11254 Le mois passé : 56262 2634190


© Copyright 2020® AIC - Agence Africaine d'Information et de Communication. Tous droits réservés.