Document sans nom Document sans nom
Slider Kit > Image fx add-on
JPEG - 50.8 ko
JPEG - 246.9 ko
logo
JPEG - 239.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
entete
Milonic DHTML/JavaScript Menu Sample Page DHTML JavaScript Menu By Milonic
Historique Présentation Nos produits Notre réseau Espace client
Flash news

CAMEROUN : IL NE RESTERAIT PLUS QU’ENVIRON 250 PYGMEES BEDJANG !

200 F.CFA (0,30 EUROS) : ACHETEZ UNE CHANSON CI-DESSUS DANS "ESPACE CLIENT".

◊  ACTUALITE > Culture > → COOPERATION : UNE NOUVELLE PLATEFORME CULTURELLE AFRICAINE EN MARCHE

L’Afrique maghrébine et l’Afrique subsaharienne peuvent désormais scruter l’avenir dans la concertation et la coopération culturelles. L’idée d’une plateforme née en octobre 2017 à Yaoundé au Cameroun a été concrétisée à Abidjan en Côte d’Ivoire, seulement moins d’un semestre plus tard.

A l’initiative du Regroupement des Professionnels des Arts et de la Culture d’Afrique Centrale (RE.P.A.C ) une idée est née suite à une table ronde organisée le 12 octobre 2017 lors de la neuvième édition du Marché des Musiques d’Afrique « Le Kolatier 2017 ». Le thème de la table ronde était « Coopération et échanges culturels sud-sud : le cas du Maghreb et l’Afrique subsaharienne à travers la musique ». A l’issue des échanges, les participants venus du Maghreb et des pays d’Afrique subsaharienne ont dégagé différentes résolutions :

-  Faire un état des lieux des collaborations actuelles entre les pays du Maghreb et ceux de l’Afrique subsaharienne.
-  Déceler les centres d’intérêts bilatéraux ou multilatéraux de ces collaborations
-  Relever les faiblesses dans les collaborations et chercher les solutions pour y remédier
-  Mieux structurer les différentes collaborations et les renforcer à travers des conventions bilatérales ou multilatérales pluriannuelles
-  Mettre sur pied une plateforme de coopération Maghreb – Sud du Sahara
-  Rechercher des nouveaux financements en faveur de la coopération et des échanges culturels Maghreb – Sud du Sahara.
-  Enumérer les projets structurants, favorables à la coopération et aux échanges culturels Maghreb – Sud du Sahara, et les renforcer à travers les financements, les partenariats, les expertises africaines et la promotion etc…).

Au vu de ce qui précède, les promoteurs du Kolatier 2017, c’est-à-dire les dirigeants du RE.P.A.C, avaient jugé utile d’organiser une rencontre dont le but était de mener une concertation entre les professionnels de l’Afrique du Nord et de l’Afrique subsaharienne en vue de la mise sur pied d’une plateforme de coopération et d’échanges entre les deux régions. Visa For Music 2017 (Salon des musiques d’Afrique et du Moyen Orient) qui était prévu à Rabat en novembre 2017 s’est ainsi présenté comme un cadre propice à cette rencontre, eu égard à l’approbation de Brahim El Mazned promoteur de ce marché musical, qui a également facilité sa tenue.

Ainsi la première rencontre culturelle Afrique du Nord – Afrique subsaharienne a-t-elle réuni 21 participants venus de 13 pays (Algérie, Burkina Faso, Cameroun, Congo, Egypte, Malawi, Mauritanie, Rwanda, Sénégal, Tanzanie, Tchad, Tunisie, Zimbabwe) et représentant toutes les sous-régions d’Afrique. Après le tour de table pour les présentations des participants et leurs structures, les responsables du RE.P.A.C ont suivi quelques exposés des personnes ayant eu des expériences de collaborations, d’échanges ou de coopérations entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne. On pouvait ainsi noter :
-  La diffusion de quelques spectacles dans les deux sens
-  Un élan de mobilité des professionnels dans les deux sens
-  Quelques échanges et collaborations entre les professionnels et artistes des deux régions
-  Une réelle volonté d’ouverture et de brassage des cultures des deux régions.

Tous ces exposés incitaient à trouver les meilleures pistes pour mieux consolider les acquis, encadrer et renforcer les rapports entre les acteurs culturels d’Afrique du Nord et Afrique subsaharienne. Le besoin de mise sur pied d’une plateforme d’échanges et de collaborations se rendait de plus en plus évident.

Puis suivra un atelier préparatoire de la deuxième rencontre, dans le but d’assurer un succès à la deuxième rencontre, tenu le 02 février 2018 à Ségou au Mali. Cet atelier a connu la participation de 16 experts en provenance de 11 pays : Cameroun, Mozambique, Maroc, Burkina Faso, Ghana, Côte d’Ivoire, Nigéria, Ouganda, Sénégal, Seychelles, Belgique. Ce sont donc, une fois de plus, toutes les régions d’Afrique qui étaient représentées à cet important atelier. La présence d’institutions importantes telles que l’Observatoire des Politiques culturelles en Afrique (OCPA), Artérial Network, Africalia, Art Moves Africa, Ombudsman OCP, Afrikayna, Morocco Music Export, a confirmé le caractère important de cette initiative du Regroupement des Professionnels des Arts et de la Culture d’Afrique Centrale saluée par tous. Dans un bref propos liminaire, le Professeur Mbuyamba, Directeur Exécutif de l’OCPA a rappelé que cette préoccupation est d’autant plus importante qu’un atelier sur le même sujet s’était déjà tenu en 2004 à Ouagadougou sous l’égide de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), et avait réuni des experts de haut niveau dont il faisait partie avec Amadou Mahtar M’BOW, ancien Directeur de l’UNESCO, et le Pr Jean Emmanuel PONDI alors Directeur de Institut des Relations Internationales du Cameroun (l’IRIC). C’est ainsi que les participants ont pris la parole pour faire des propositions sur les possibles orientations des échanges et collaborations entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne. Tour à tour, ils ont formulé les propositions ci-après :

-  Les collaborations artistiques sont une meilleure piste et une meilleure approche pour des échanges entre les deux régions.
-  Les pays de l’Afrique du Nord ne sont pas inclus dans les programmes de soutiens en faveur des pays ACP. Il convient de faire un plaidoyer afin qu’ils soient pris en compte dans ce contexte comme pays africains.
-  Les collaborations et échanges entre les organisations professionnelles des deux régions pourraient être envisagés, comme le font déjà les architectes.
-  La circulation de l’information est primordiale entre les deux régions, car très peu d’acteurs culturels d’Afrique subsaharienne sont u courant de ce qui se passe en Afrique du Nord et vice versa.
-  La mobilité en Afrique coûte très cher. Néanmoins, il faut identifier les flux vers les deux régions et les renforcer.
-  Selon les statistiques de « Art Moves Africa », il y a une faible mobilité des acteurs culturels de l’Afrique du Nord vers le sud du Sahara. Les statistiques nous fourniront plus d’arguments pour les plaidoyers à l’endroit des Etats, et des régionales et internationales.
-  Afin de mettre plus facilement en place une plateforme d’échange et de collaborations, il est réaliste pour tous les participants qui le peuvent, de prendre des engagements directes par exemple pour la programmation des groupes aux festivals, les financements et tous autres types de collaborations possibles.
-  Que chaque participant envisage de se rapprocher des institutions politiques de son pays pour les sensibiliser sur les bienfaits d’une telle plateforme, ainsi que sur la nécessité de la soutenir.
-  Luc YATCHOKEU, Coordonnateur du RE.P.A.C assure la coordination de cette initiative, et se charge de partager les informations à toutes les personnes impliquées ou intéressées.
-  Rendez-vous fixé à Abidjan pour la deuxième rencontre culturelle Afrique du Nord-Afrique subsaharienne, en mars 2018 pendant le (Marché des Arts du Spectacle d’Abidjan(MASA), afin d’arrêter l’orientation des échanges et collaborations entre les deux régions, ainsi que le format de la plateforme et son mode de fonctionnement.

La deuxième rencontre Afrique du Nord-Afrique subsaharienne ainsi dite sera tenue le 14 mars 2018 à Abidjan en marge du MASA, et va d’ailleurs battre le record des participations tant par le nombre que par la qualité des participants. En effet, elle a réuni 109 participants (dont 34 journalistes), en provenance de 26 pays (Afrique, Europe, Amérique latine). On a également noté la présence d’hommes de culture de haut niveau tels que : le Pr. Lupwishi Mbuyamba, Directeur Exécutif de l’OCPA et Président du Conseil Africain de la Musique qui a par ailleurs présidé la rencontre , le Pr. Prosper Compaoré du Burkina Faso, le Pr Antoine Manda Tchebwa : Directeur Général du Centre International des Cultures Bantu (CICIBA), le Pr Lassad Jamoussi : Directeur de l’école supérieure de l’audiovisuel et du cinéma de Gammarth en Tunisie, La Reine-mère Were Were Liking, Silja Fischer : SG du Conseil International de la Musique et qui a brillamment assuré la traduction en anglais, Docteur Hamadou Mandé de l’Université de Ouagadougou par ailleurs Directeur du FITHMO (Festival International de Théâtre et des Marionnettes de Ouagadougou) qui a très humblement accepté de produire le rapport, le Président et la SG d’Artérial Network, Ghita Khaldi : Présidente de l’association Afrikayna, Michel Saba : Directeur du CERAV/Afrique (Centre Régional des Arts Vivants en Afrique), Luc Mayitoukou Directeur de Zhu Culture et Président de Art Moves Africa, Rachid Briki de l’Agence Algérienne pour le Rayonnement Culturel, et bien d’autres experts internationaux. Après les civilités d’usage et les informations utiles sur l’initiative, quelques opportunités de collaborations ont été esquissées par les participants. Alors, il a été convenu de s’attarder sur deux axes dans un premier temps :

1- la mise sur pied d’une plateforme informative (inscription des professionnels et diffusion de l’information) 2- l’animation d’un programme d’actions d’envergure panafricaine. Pour le premier axe, Artérial Network qui était représenté par son Président et la Secrétaire générale a accepté le principe de servir de support technique en collaboration avec le RE.P.A.C, porteur de l’initiative.

S’agissant du programme d’action, une première a été retenue, en attendant les éventuelles propositions des professionnels. Il s’agit de s’atteler autour du projet de collecte et de la valorisation des instruments de musique traditionnels africains déjà démarré et porté par deux associations (Afrikayna du Maroc et Sandja du Cameroun). Une exposition photo « expérimentale » a été signée par les deux associations lors de la quatrième édition de Visa For Music en novembre 2017 à Rabat.

La deuxième rencontre culturelle Afrique du Nord - Afrique subsaharienne a été couronnée par les engagements de plusieurs structures à accompagner la plateforme en commençant par le processus de mise en place. Il s’agit de l’Observatoire des Politiques Culturelles en Afrique (OCPA), le Centre Régional pour les Arts Vivants en Afrique (CERAV/Afrique), Artérial Network qui en sera le partenaire technique, l’Ecole supérieure de l’audiovisuelle et du cinéma de Gammarth en Tunisie, etc... Quant au Centre International des Civilisations Bantu, les choses se sont tout de suite concrétisées avec la signature d’un accord de coopération entre les deux institutions. Le projet de coopération et d’échanges entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne, porté par le RE.P.A.C rencontre une forte adhésion des professionnels, experts et institutions africaines. Au bout de cinq mois seulement, trois rendez-vous à la faveur des rencontres culturelles internationales ont permis de poser les jalons d’une plateforme dont les retombées seront mesurables aux plans artistique, économique, touristique et diplomatiques de différents pays impliqués. Les regards des professionnels africains engagés sont désormais tournés vers le Cameroun qui porte cette initiative à travers le RE.P.A.C.

Henri FOTSO, avec la Collaboration de Luc Delors YATCHOKEU

Dans la meme rubrique

ERIC TOPONA : UNE PASSION DE JUSTICE ET DE LIBERTÉ
Publié le : 21-Jan-2020    05:48:43 
JPEG - 67 ko
logo
Il m’a été difficile d’écrire sur l’ouvrage de mon collègue Eric : «  Misère et grandeur de la liberté d’informer » sorti en octobre 2019. La rigueur de notre métier, et le mérite de cet ouvrage, ne me permettaient pas d’écrire par complaisance. Il a fallu du (...)
En savoir +
CAMEROUN : LES DROITS VOISINS AU CENTRE D’UNE CAMPAGNE
Publié le : 21-Jan-2019    19:47:53 
JPEG - 88.9 ko
logo
La Société civile des droits voisins du droit d’auteur (SCDV) a lancé une campagne de sensibilisation à Douala, au lieu-dit Marché Congo, lundi 21 janvier. Aladji Touré, le président du Conseil d’Administration veut informer les usagers sur les contours (...)
En savoir +
CAMEROUN : LE SPECTACULAIRE AU SERVICE DES DROITS DES JEUNES
Publié le : 10-Dec-2017    12:16:13 
JPEG - 593.1 ko
logo
Justine Gaga, la performeuse camerounaise a su crever l’écran à la journée inaigurale de la dixième édition du Salon Urbain de Douala, SUD 2017.
En savoir +
CAMEROUN : DOUALA PRISE D’ASSAUT PAR DES ARTISTES
Publié le : 05-Dec-2017    10:33:00 
JPEG - 433.7 ko
logo
Ville d’histoire, ville d’arts, la capitale économique du Cameroun voit ses rues et quartiers pris d’assaut par des acteurs urbains d’un genre qui suscitent étonnement, curiosité et interrogations. C’est la 4ème édition de la triennale internationale (...)
En savoir +
ANNE MARIE NZIE EST MORTE : UNE HISTOIRE SUR DEUX SIECLES
Publié le : 25-May-2016    08:09:00 
JPEG - 77.4 ko
logo
Le plus récent laurier d’Anne Marie Nzié remonte au début de mai 2016 à Ouagadouou, au Burkina Faso. Peut-être, en attendant ceux qui lui seront décernés à titres posthumes… pour sa longue, riche et honorable carrière. Car elle s’en est définitivement (...)
En savoir +

1 | 2 | 3

Exclusivité
JPEG - 93.2 ko
CLICHES DU PARTI DE L’ESPRIT D’AVRIL 48
En savoir +
Hacked By Gezah
JPEG - 55.1 ko
VISITE D’ETAT DU PRESIDENT FRANÇAIS FRANÇOIS HOLLANDE AU CAMEROUN ET EN IMAGES
Visionner l'album
ECOUTER AIC Slider Kit > Menus
  • Le Journal audio

    L’ACTUALITÉ VUE PAR NOTRE RÉDACTION

    Ecouter +
  • Mémoire de chez nous

    LE MAGAZINE RADIO DE LA REDACTION

    Ecouter +
  • Hit music

    HIT PARADE MUSICAL DU KMER

    Ecouter +
Document sans nom
COMPTEUR
DE
VISITES
Aujourd'hui : 647 Cette semaine : 11223 Ce mois : 55807 Total visiteurs
Hier : 2148 La semaine passée : 15394 Le mois passé : 65043 2631696


© Copyright 2018® AIC - Agence Africaine d'Information et de Communication. Tous droits réservés.