Document sans nom Document sans nom
Slider Kit > Image fx add-on
JPEG - 50.8 ko
JPEG - 246.9 ko
logo
JPEG - 239.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
entete
Milonic DHTML/JavaScript Menu Sample Page DHTML JavaScript Menu By Milonic
Historique Présentation Nos produits Notre réseau Espace client
Flash news

CAMEROUN : IL NE RESTERAIT PLUS QU’ENVIRON 250 PYGMEES BEDJANG !

200 F.CFA (0,30 EUROS) : ACHETEZ UNE CHANSON CI-DESSUS DANS "ESPACE CLIENT".

◊  ACTUALITE > Société > → PUBLICATIONS : LES CAMEROUNAIS AIMENT LE SEXE PLUS QUE TOUT !

Une donnée statistique de l’agence AIC laisse interrogatif : pourquoi les Camerounais semblent-ils si intéressés par le sexe ? Quand on parle de Manu Dibango, de Sam Fan Thomas, de Mongo Beti, du parlement, de l’environnement, les Camerounais paraissent peu intéressés. Mais les parfums érotiques de l’art leur révèlent un centre d’intérêt. Et aussi leur domaine de définition ?

Jamais une publication n’a battu un tel record sur une interface de l’Agence africaine d’information et de communication, qui s’abstient souvent de traiter de ce genre de sujet là : le sexe ! En effet, l’agence du Boulevard Ahmadou Ahidjo à Douala, a annoncé le 1er avril dernier qu’une meute de célibataires se tapait des partenaires en son siège, dans le cadre d’un événement inédit. En moins d’une demi-journée, l’interface facebook de l’AIC en était à plus de 700 visiteurs. Cinq jours après la publication, malgré le démenti d’avant la fin de cette journée du « poisson d’avril », le texte intitulé « Cameroun : des célibataires se tapent des fiancé(e)s à Douala », avait déjà reçu plus de 1000 visiteurs.

Sur une période d’un an, contrairement à ses textes concurrents sur le plan statistique, cet article qui n’a pas été publié sur le site web de l’agence (www.agenceaic.net) s’avère être le plus rapidement lu, pour avoir atteint plus de 1000 lecteurs en moins d’une semaine. Pour autant, un texte sur le président du Sénat Marcel Niat Njifenji et le Sénat camerounais depuis le 10 juillet 2015 sur la même page, n’avait pas encore reçu 65 lecteurs au 6 avril 2016. Un autre texte sur l’assemblée nationale publié à la même date, n’avait à ce jour touché que 31 personnes. Cela est tout simplement éloquent sur le centre de prédilection des Camerounais, par ces temps, en supposant que la majorité des lecteurs de l’interface facebook de cette agence de droit camerounais sont des camerounais.

Sur la même page (www.facebook.com/agenceaic), nous avons un article intitulé « Football : Njoh Njoh Samuel Yves, le fils de Njohreur dans quelques phases de jeu  », publié le 18 juillet 2015. Cet article parle du fils footballeur du célèbre chanteur camerounais Njohreur et totalisait 1946 lecteurs au 6 avril 2016. L’article est suivi sur le plan statistique d’un autre texte intitulé «  Un individu appelle à la candidature de Mathias Eric Owona Nguini pour la présidentielle 2018 » : appel lancé par un militant solitaire de l’Upc qui exhortait M. Owono Nguini à se porter candidat à la magistrature suprême au Cameroun. Cet article apparaît aussi comme très lu, avec 1 480 lecteurs au 6 avril 2016. Mais qu’on n’aille point vite à la conclusion que les camerounais s’intéressent beaucoup à la chose politique en général, et aux échéances électorales en particulier. De fait, si ce n’est tant la personnalité de l’illustre politologue camerounais qui établit la réputation de cet article, cela peut être aussi du fait du lien avec le parti historique camerounais, l’Upc, pas du fait du sujet traité qui est l’élection présidentielle.

En effet, la thèse selon laquelle les Camerounais sont plus portés vers le sexe en matière de lecture (peut être aussi au-delà de la lecture), ne tient pas seulement de la statistique de l’AIC sur sa page facebook. Le scandale de la divulgation des rapports sexuels entre la star Samuel Eto’o Fils et la désormais célèbre Nathalie Nkoa a aussi connu du succès dans les journaux camerounais dont les statistiques de vente (Le jour, Mutations, Le Messager, etc) sont intéressantes sur ce point. Il y a aussi le succès de la chanson « Collez la petite » du jeune rappeur camerounais Franko, qui a explosé les records de diffusion dès lors qu’une certaine analyse l’avait présentée comme étant de la pornographie.

La bonne marche des publications s’alignant dans la tradition de l’érotisme camerounais ou de la pornographie en matière artistique au Camerounais, remonte à loin dans l’histoire contemporaine. Dans les années 80, la chanson « mademoiselle, tu marches sans caleçon » d’Isidore Tamwo avait défrayé la chronique et fait des vagues lors des « booms » jusqu’au plus profond du pays malgré la désapprobation des autorités. La chanson « Essamba » de Mbarga Soukouss au début des années 90 fit un raz-de-marée dans la jeunesse, et les concerts débordaient de public. En 1995, le vocable « Nioxez » de Petit Pays, et un an plus tard, l’album Class F du même auteur sont rentrés dans le même registre à succès, non seulement avec le texte pour « Nioxez », mais aussi avec l’affiche de Class F où l’artiste avait posé nu comme un vers de terre. Tous ces auteurs érotiques sont les devanciers des chanteurs et chanteuses camerounais à succès tels que Lady Ponce, Coco Argenté, Maréchal Papillon, etc.

Il n’en ait pas moins du roman camerounais : « Une nuit dans le sissongo » d’Elise Mballa Meka paru en 2009 chez l’harmattan a très vite établi la réputation d’écrivain de cette professionnelle de l’événementiel et de la danse dans la cité camerounaise. Gaston Kelman résume en ces termes, l’ouvrage qui s’est vendu comme de petits bouts de pain : « Sexe, amour et beauté, voilà le triptyque conducteur du roman d’Elise Mballa. Un drame dans un sissongo de luxe permet à l’auteure de faire vivre des femmes et des hommes, des traditions, des cultures, des sociétés, dans une espièglerie calculée qui, du drame initial, va nous emporter dans une lecture vive, tourbillonnante, étourdissante ». Cela en aurait apporté à la réputation d’Elise Mballa Meka, qui est devenue femme politique et deux ans plus tard, élue du peuple à tête de la marie d’Akom II, non loin de Yaoundé.

On se souvient également du succès de Calixte Beyala avec « Amours sauvages  » dans les librairies camerounaises une décade plus tôt. Dans ce roman palpitant paru en 1999 chez Albin Michel, l’auteure fait dire à son personnage : « Je vendais mon immense derrière de négresse à prix modérés et on m’appela "Mademoiselle Bonne Surprise". Quand il n’y avait pas de clients, je déambulais le long des rues du Faubourg-Saint-Honoré. Je me remémorais mon village d’Afrique, je voyais ses montagnes sombres hérissées de bananiers. Des milliers de singes voleurs sautaient de branche en branche et hurlaient. »

La musique, la littérature, la peinture, bref, l’art camerounais, si l’on peut aller voir certains tableaux chez nos peintres, traitent du sexe avec engouement. Et quand c’est fait avec brutalité et sans retenue, cela semble plaire. D’où le succès très rapide comme celui de notre « poisson d’avril » 2016 qui n’était qu’une publication test.

Henri FOTSO

Dans la meme rubrique

LUTTE CONTRE LA PAUVRETE PAR LE RECYCLAGE INFORMEL DES LINGES A DOUALA
Publié le : 20-Sep-2019    14:03:58 
JPEG - 88.7 ko
logo
Elles tirent l’essentiel de leurs revenus d’une activité peu ordinaire : le recyclage informel des linges. Les linges recyclés proviennent pour l’essentiel d’une décharge de la ville de Douala.Voyage au cœur d’une filière économique peu (...)
En savoir +
CAMEROUN : LES PÈLERINS D’HIPPOCRATE LANCENT UN ASSAUT CONTRE LA HERNIE
Publié le : 24-May-2019    09:15:51 
JPEG - 115 ko
logo
Le constat est fait par les Pèlerins d’Hippocrate, une association de médecins de l’Hôpital Général de Douala : il y a une flambée de hernies dans le département du Nkam, sur le littoral camerounais. Pour cela, ils viennent d’opérer une descente sur le (...)
En savoir +
CAMEROUN : LA POLYCLINIQUE IDIMED DE DOUALA FAIT AVANCER L’ORTHOPEDIE
Publié le : 02-May-2019    19:42:44 
JPEG - 73.8 ko
logo
La prise en charge efficace des enfants qui naissent avec des pieds bots ou pieds mal formés, des personnes qui souffrent des séquelles post-traumatiques et même de dégénérescence osseuse, bref, des maladies des os et des ligaments, s’arrime désormais (...)
En savoir +
CAMEROUN : LES PYGMEES BAKA DE MINDOUROU VICTIMES DU DEVELOPPEMENT
Publié le : 10-Apr-2019    10:28:13 
JPEG - 64.4 ko
logo
Les Baka sont avec les Bikélé, les Badjoué et les Kaka les ethnies autochtones de l’Arrondissement du Dja, encore connu sous le nom d’arrondissement de Mindourou dans le département du Haut-Nyong, région de l’est du Cameroun. Leur état de santé devient (...)
En savoir +
CAMEROUN : PLUS DE 6000 ENFANTS DÉPLACÉS DANS LE MOUNGO
Publié le : 15-Mar-2019    08:51:45 
JPEG - 139.8 ko
logo
Alors que la pression internationale s’alourdit sur le régime en place à Yaoundé pour une solution viable et durable à la crise anglophone, la guerre se poursuit dans le Cameroun anglophone et la pression des déplacés internes pèse sur la partie (...)
En savoir +

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

Exclusivité
JPEG - 93.2 ko
CLICHES DU PARTI DE L’ESPRIT D’AVRIL 48
En savoir +
Hacked By Gezah
JPEG - 55.1 ko
VISITE D’ETAT DU PRESIDENT FRANÇAIS FRANÇOIS HOLLANDE AU CAMEROUN ET EN IMAGES
Visionner l'album
ECOUTER AIC Slider Kit > Menus
  • Le Journal audio

    L’ACTUALITÉ VUE PAR NOTRE RÉDACTION

    Ecouter +
  • Mémoire de chez nous

    LE MAGAZINE RADIO DE LA REDACTION

    Ecouter +
  • Hit music

    HIT PARADE MUSICAL DU KMER

    Ecouter +
Document sans nom
COMPTEUR
DE
VISITES
Aujourd'hui : 1030 Cette semaine : 14406 Ce mois : 54571 Total visiteurs
Hier : 796 La semaine passée : 18430 Le mois passé : 65043 2630460


© Copyright 2016® AIC - Agence Africaine d'Information et de Communication. Tous droits réservés.