Document sans nom Document sans nom
Slider Kit > Image fx add-on
JPEG - 50.8 ko
JPEG - 246.9 ko
logo
JPEG - 239.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
entete
Milonic DHTML/JavaScript Menu Sample Page DHTML JavaScript Menu By Milonic
Historique Présentation Nos produits Notre réseau Espace client
Flash news

CAMEROUN : IL NE RESTERAIT PLUS QU’ENVIRON 250 PYGMEES BEDJANG !

200 F.CFA (0,30 EUROS) : ACHETEZ UNE CHANSON CI-DESSUS DANS "ESPACE CLIENT".

◊  ACTUALITE > Société > → Médecine : l’Ordre national des médecins du Cameroun dénonce une pléthore d’instituts de formation et invoque des mesures drastiques
JPEG - 20.3 ko
logo

L’ordre national des médecins du Cameroun (Onmc) vient de monter au Créneau par une conférence de presse à Douala, capitale économique. En présence du représentant de l’Ordre national des chirurgiens dentistes pour la région du Littoral, du Secrétaire Général du Syndicat national des médecins privés du Cameroun (Synamec), du vice président de l’Ordre national des pharmaciens du Cameroun, le président de l’Onmc, Dr Guy Sandjon, a tenu à donner cette conférence de presse pour faire le point des préoccupations débattues quelques jours auparavant lors d’une Assemblée générale de l’Onmc à Yaoundé. Ces préoccupations portent sur la formation du personnel médical et l’exercice illégal de la médecine au Cameroun. Pour Dr Guy Sandjon, la formation médicale est très importante, parce que s’il n’y a pas de bons spécialistes à ce niveau, toute la profession se dévalorise. Les médecins ayant en charge la santé, donc la vie des populations, la formation médicale est vitale pour l’humanité. Pour le cas du Cameroun, l’Onmc est désormais inquiète de la pléthore de centres de formation médicale autorisée dans le pays. Car en cinq ans environ, le Cameroun est passé d’un centre, la faculté des sciences biomédicales de l’Université de Yaoundé qui a formé les plus brillants médecins du Cameroun sous le label du Cuss, à plus de vingt instituts de formation médicale. Et Dr Guy Sandjon de dire que les médecins ne l’acceptent pas. Le président de l’Onmc indique qu’en Afrique subsaharienne en général, un pays a deux à trois facultés de médecine tenues par l’Etat. Mais il ne comprend pas que le Cameroun en autorise jusqu’à 26 centre formations, qui ne sont d’ailleurs pas tous au main ou sous le contrôle de l’Etat, qui, de surcroît, n’ont pas d’hôpitaux d’application, c’est-à-dire des Centres hospitaliers universitaires (Chu) : «  Nous n’inventons rien. Tous les instituts de formation au monde ont des hôpitaux d’application pour les étudiants  », soutient Dr Guy Sandjon. En tant que président de l’Ordre national des médecins et au nom des médecins du Cameroun, Dr Guy Sandjon poursuit : «  tous les médecins sont unanimes pour dire non à la formation sous cette forme. Certes que c’est une volonté gouvernementale. Mais nous, en tant que ordre, en tant que professionnel de la santé, nous devons apporter des conseils au gouvernement qui peut avoir une idée qui est mal mise en œuvre . » Le président de l’Onmc annonce ainsi que l’Ordre tiendra toujours l’exécutif au courant de ce que pensent les médecins. Cette position est partagée par l’Ordre national des pharmaciens dont le vice-président s’est exprimé à la suite de Dr Sandjon en ces termes : «  Je partage totalement ce que vient de dire le président de l’Ordre national des médecins à propos de la formation des médecins dans notre pays. Il en est de même de la formation des pharmaciens. Il y a aujourd’hui une pléthore de lieu de formation. Mais on se rend compte en recevant les jeunes qui viennent en stage qui n’ont pas appris grand-chose. Ce n’est pas bon du tout.  » Le Vice-président de l’ordre des pharmaciens a alors souligné que l’ordre des pharmaciens est au côté de l’ordre des médecins pour mener ce combat qui concerne tant le ministère de la santé que le ministère de l’enseignement supérieur, qui doivent prendre les devants et mettre les balises pour qu’il y ait une formation médicale adaptée au Cameroun.

JPEG - 22.7 ko

La conférence de Douala donnée par l’Onmc constitue donc une prise de position contre un acte du gouvernement, celui d’octroyer des autorisations pléthoriques à la création des centres de formation médicale. L’Onmc en appelle alors à une réforme de cette formation. Et Dr Guy Sandjon cite l’exemple d’un pays voisin du Cameroun, qui fit jadis face à la même situation mais qui eut la sagesse de tout reformer pour limiter les dégâts. Pour ce faire, l’Onmc suggère un gèle des autorisations d’ouverture d’instituts de formation médicale au Cameroun, et l’évaluation des instituts qui fonctionnent déjà, afin de tirer les conclusions qui s’imposeront.

A côté de cette problématique de la formation des médecins, l’Onmc est aujourd’hui très préoccupé par l’exercice illégal de la médecine au Cameroun. Un pays où des gens non qualifiés se font appelés Docteur ou Médecins, un pays où des centres de santé ouvrent les portes et fonctionnent sans autorisation, bref, où l’on peut se faire prescrire et acheter des médicaments à ciel ouvert, sur un marché, entre un comptoir de vendeuse de piment et un comptoir de boucher. Dans son propos, le président de l’Ordre national des médecins du Cameroun affirme que les médias sont aussi un peu complices de cette situation. Car, constate-t-on, des gens viennent dans les média au Cameroun, paient de l’argent et font la publicité sur des produits et des traitements non homologués. Un charlatanisme que dénonce et condamne donc l’Onmc.

JPEG - 21.9 ko

Toutes ces questions sont désormais portées à l’attention du gouvernement camerounais, le ministre de la santé ayant pris part le 19 novembre dernier à l’Assemblée générale de l’Onmc. Reste à espérer que l’acte de l’Ordre national des médecins porte des fruits pour un meilleur environnement médical au Cameroun.

Compte rendu :

Henri FOTSO & Alice MANDIKA

Dans la meme rubrique

LUTTE CONTRE LA PAUVRETE PAR LE RECYCLAGE INFORMEL DES LINGES A DOUALA
Publié le : 20-Sep-2019    14:03:58 
JPEG - 88.7 ko
logo
Elles tirent l’essentiel de leurs revenus d’une activité peu ordinaire : le recyclage informel des linges. Les linges recyclés proviennent pour l’essentiel d’une décharge de la ville de Douala.Voyage au cœur d’une filière économique peu (...)
En savoir +
CAMEROUN : LES PÈLERINS D’HIPPOCRATE LANCENT UN ASSAUT CONTRE LA HERNIE
Publié le : 24-May-2019    09:15:51 
JPEG - 115 ko
logo
Le constat est fait par les Pèlerins d’Hippocrate, une association de médecins de l’Hôpital Général de Douala : il y a une flambée de hernies dans le département du Nkam, sur le littoral camerounais. Pour cela, ils viennent d’opérer une descente sur le (...)
En savoir +
CAMEROUN : LA POLYCLINIQUE IDIMED DE DOUALA FAIT AVANCER L’ORTHOPEDIE
Publié le : 02-May-2019    19:42:44 
JPEG - 73.8 ko
logo
La prise en charge efficace des enfants qui naissent avec des pieds bots ou pieds mal formés, des personnes qui souffrent des séquelles post-traumatiques et même de dégénérescence osseuse, bref, des maladies des os et des ligaments, s’arrime désormais (...)
En savoir +
CAMEROUN : LES PYGMEES BAKA DE MINDOUROU VICTIMES DU DEVELOPPEMENT
Publié le : 10-Apr-2019    10:28:13 
JPEG - 64.4 ko
logo
Les Baka sont avec les Bikélé, les Badjoué et les Kaka les ethnies autochtones de l’Arrondissement du Dja, encore connu sous le nom d’arrondissement de Mindourou dans le département du Haut-Nyong, région de l’est du Cameroun. Leur état de santé devient (...)
En savoir +
CAMEROUN : PLUS DE 6000 ENFANTS DÉPLACÉS DANS LE MOUNGO
Publié le : 15-Mar-2019    08:51:45 
JPEG - 139.8 ko
logo
Alors que la pression internationale s’alourdit sur le régime en place à Yaoundé pour une solution viable et durable à la crise anglophone, la guerre se poursuit dans le Cameroun anglophone et la pression des déplacés internes pèse sur la partie (...)
En savoir +

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

Exclusivité
JPEG - 93.2 ko
CLICHES DU PARTI DE L’ESPRIT D’AVRIL 48
En savoir +
Hacked By Gezah
JPEG - 55.1 ko
VISITE D’ETAT DU PRESIDENT FRANÇAIS FRANÇOIS HOLLANDE AU CAMEROUN ET EN IMAGES
Visionner l'album
ECOUTER AIC Slider Kit > Menus
  • Le Journal audio

    L’ACTUALITÉ VUE PAR NOTRE RÉDACTION

    Ecouter +
  • Mémoire de chez nous

    LE MAGAZINE RADIO DE LA REDACTION

    Ecouter +
  • Hit music

    HIT PARADE MUSICAL DU KMER

    Ecouter +
Document sans nom
COMPTEUR
DE
VISITES
Aujourd'hui : 870 Cette semaine : 14246 Ce mois : 54411 Total visiteurs
Hier : 796 La semaine passée : 18430 Le mois passé : 65043 2630300


© Copyright 2011® AIC - Agence Africaine d'Information et de Communication. Tous droits réservés.