Document sans nom Document sans nom
Slider Kit > Image fx add-on
JPEG - 50.8 ko
JPEG - 246.9 ko
logo
JPEG - 239.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
entete
Milonic DHTML/JavaScript Menu Sample Page DHTML JavaScript Menu By Milonic
Historique Présentation Nos produits Notre réseau Espace client
Flash news

CAMEROUN : IL NE RESTERAIT PLUS QU’ENVIRON 250 PYGMEES BEDJANG !

200 F.CFA (0,30 EUROS) : ACHETEZ UNE CHANSON CI-DESSUS DANS "ESPACE CLIENT".

◊  ACTUALITE > Economie > → Cemac : le Gabon lance une vaste action d’emprunt obligataire dans la sous-région

L’Etat gabonais vient de s’engager dans une opération de mobilisation d’emprunts d’un montant de 508,7 milliards de francs sous forme d’obligations du Trésor public gabonais. Pour cela, l’Etat gabonais se tourne vers des investisseurs institutionnels et le grand public de la sous-région Cemac. C’est à cet effet que des responsables des finances publiques gabonaises étaient en campagne au Cameroun cette mi-juillet, pour une opération de charme. Après le Cameroun, les émissaires gabonais se rendront au Congo Brazzaville le 19 juillet, en attendant d’aller en septembre en Guinée Equatoriale, au Tchad et en République Centrafricaine. Le lieu choisi pour abriter la campagne obligataire 2013 du Gabon, fut un important hôtel d’Akwa, quartier des affaires de Douala, capital économique du Cameroun. Le représentant du ministre chargée de l’économie, de l’emploi et du développement durable assisté du Directeur Général de la dette et de l’ambassadeur du Gabon , ont accordé du temps aux experts financiers représentant les différentes structures financières pour présenter les émissions de titres publics , et donner d’amples explications concernant cette nouvelle offre . Les explications de Thierry Minko, directeur général de la dette : « Nous avons au niveau des spécialistes à valeur du Trésor du Gabon, beaucoup de banques camerounaises. Il était indispensable pour nous de venir les rencontrer, leur présenter ce nouveau produit. Jusqu’à présent, nous avons émis les bons du Trésor et là nous passons aux obligations du Trésor assimilables. Nous avons vu également la forte contribution des banques camerounaises à la souscription des bons du Trésor et nous pensons qu’avec la présentation que nous avons faite, les banques camerounaises SVT n’hésiteront pas à accompagner le Gabon dans son développement en souscrivant massivement aux obligations du Trésor assimilables. »

Des enjeux stratégiques

Au regard des enjeux de cette opération, il s’agit pour l’Etat gabonais d’amorcer le plan stratégique de développement « Gabon Emergeant » dont l’une des composantes est le schéma directeur d’infrastructures, visant essentiellement à faire du Gabon un pays émergeant à l’horizon 2025, précise le directeur général de la dette : « Dans le cadre du plan stratégique « Gabon Emergeant », nous avons défini cinq pôles de développement, et il est indispensable pour nous si nous voulons que les unités de production qui vont être installées dans ces pôles de développement puissent fonctionner de manière efficiente et acheminer tout ce qui va être produit, un ! qu’il y ait un certain nombre d’infrastructures routières qui relient ces pôles et qui les relient notamment aux différents ports, deux ! qu’il y ait également des infrastructures énergétiques, qui fournissent suffisamment d’électricité pour la production de ces unités […] sachant qu’il n’y a pas que le schéma il y a également les différentes unités qui vont être développées dans le cadre des 3 piliers que nous avons appelé le Gabon vert, le Gabon industriel, et le Gabon des services » Les banques joueront un très grand rôle dans le processus de développement de ces vastes programmes économiques. Déjà, elles jugent ces opérations d’émission obligataires de gagnant-gagnant, tant pour les investisseurs, que pour la trésorerie de la banque elle-même. L’intérêt des banquiers est ici affirmé par Paul Onono, responsable marché financier et patrimonial dans une importante banque camerounaise : « Nous sommes intéressé par les bons du Trésor et des obligations, les bons du Trésor à court terme justement pour rentabiliser la trésorerie à court terme et des obligations quand on n’a pas assez de contrepartie pour toute la partie commerciale. Cela nous permet également en termes de compte d’exploitation d’avoir des intérêts, entre guillemets, c’est-à-dire du résultat pour la banque. Pour la partie qui m’intéresse personnellement, c’est-à-dire l’intermédiation financière, on a des clients qui sont en excédents de trésorerie et qui viennent placer leur argent à la banque. Donc, en tant que conseiller financier, on leur propose des dépôts à terme à certains taux, mais on leur propose aussi d’investir sur les valeurs mobilières qui présentent des taux d’intérêt beaucoup plus intéressants que les dépôts à terme des banques. »

« Wait and see » ?

Engouement des banquiers donc, suite aux nombreux éclaircissements qu’apportaient les hôtes gabonais. Bien plus, d’un point de vue économico-financier, les assureurs ne sont pas en reste dans leur rôle de mutualiser les risques et de garantir l’assurance des assurés en cas de sinistre. Etant donné que l’épargne collecté par les assurances trouve aussi une importance dans le circuit économique, la faiblesse du dépôt à termes des opérateurs auprès des assurances justifierait l’avantage qu’elles auraient à souscrire aux emprunts obligataires : Léopold Nguiffo, directeur audit contrôle de gestion dans une compagnie d’assurance camerounaise, atteste : « Les assureurs recherchent de nouvelles sources pour fructifier l’épargne qu’ils ont collectés auprès des populations, des assurés. Et à ce titre donc l’emprunt obligataire les intéresse parce que les assureurs en participant à cette opération vont se dessaisir, des réserves qu’ils ont constituées au profit du financement de l’Etat gabonais qui est appelé à financer un certain nombre de projets. Il a donc besoin de recourir à des bailleurs de fonds locaux, au lieu de recourir à des bailleurs de fonds internationaux, qui généralement ont des conditions draconiennes. Il préfère donc s’adresser à des agents économiques au plan local, donc notamment des assureurs, qui vont se délester, d’une partie importante de leur réserve au profit de l’Etat gabonais, bien sûr parce que l’opération est davantage intéressante en terme de rentabilité. Les taux d’intérêt qui sont garantis sont suffisamment intéressants. Et généralement, ce sont des titres garantis par l’Etat. Donc, forcement en termes de sécurité de placement, tout cela fait que l’assureur est véritablement intéressé au premier plan.  » Les opérateurs économiques en général, les institutions financières en particulier, s’activent donc ensemble autour de ces vastes chantiers économiques destinés à accroitre les chiffres et les actions d’investissement qui ont pour optique de soutenir l’avancée des grandes réalisations de l’Etat gabonais. Mais, ce ne sont que des perspectives. Le succès de l’initiative gabonaise va être effectif à l’heure du bilan d’emprunt dans la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale après septembre 2013 dans un premier temps, et lors du bilan des opérations effectives d’investissements permis par l’emprunt obligataire plus tard, dans un second temps. Vous avez dit « wait and see  » ?

Henri FOTSO & Stephane NJOH MBOULE

Dans la meme rubrique

SYGERCAM : L’ALLEMAGNE ET LE CAMEROUN EN SYNERGIE A YAOUNDE
Publié le : 29-Oct-2019    15:08:26 
JPEG - 669.8 ko
logo
Le plus gros événement 2019 sur le site du Palais des congrès de Yaoundé, après le récent Grand Dialogue National du Cameroun, est prévu du 9 au 14 décembre. La synergie économique entre l’Allemagne d’Angela Merkel et le Cameroun de Paul Biya se met (...)
En savoir +
UNION AFRICAINE DES COMPAGNIES AERIENNES : POUR BIENTOT ?
Publié le : 24-Oct-2019    13:12:47 
JPEG - 61.2 ko
logo
En projet depuis des dizaines d’années, l’idée de développer les liaisons intracontinentales à grande échelle fait son chemin. Un nouveau pas pourrait être franchi d’ici la fin de l’année.
En savoir +
LE DÉSASTRE DES INFRASTRUCTURES DE TRANSPORT EN RDC
Publié le : 16-Sep-2019    11:01:39 
JPEG - 60.6 ko
logo
Cinq jours après la catastrophe ferroviaire du jeudi 12 sepembre dernier, le bilan humain clair en RDC. Au-delà de cet accident, les hécatombes sont fréquentes sur routes ou sur fleuves.
En savoir +
VAGUE DE MESURES D’INTERDICTIONS D’IMPORTATION EN AFRIQUE DE L’OUEST
Publié le : 11-Sep-2019    23:50:52 
JPEG - 33.4 ko
logo
Le Burkina et le Niger viennent de mettre en place des restrictions aux importations de certaines denrées alimentaires. Ces mesures font suite à la fermeture par le Nigeria de sa frontière avec le (...)
En savoir +
LES DRONES INTELLIGENTS DU CAMEROUN
Publié le : 01-Apr-2019    03:08:21 
JPEG - 57.1 ko
logo
William Elong, un jeune camerounais, s’illustre dans l’innovation technologique en dotant d’intelligence artificielle des drones qu’il fabrique lui-même. Sa dernière trouvaille, des drones capables de déterminer des formes, des objets, d’identifier des (...)
En savoir +

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6

Exclusivité
JPEG - 93.2 ko
CLICHES DU PARTI DE L’ESPRIT D’AVRIL 48
En savoir +
Hacked By Gezah
JPEG - 55.1 ko
VISITE D’ETAT DU PRESIDENT FRANÇAIS FRANÇOIS HOLLANDE AU CAMEROUN ET EN IMAGES
Visionner l'album
ECOUTER AIC Slider Kit > Menus
  • Le Journal audio

    L’ACTUALITÉ VUE PAR NOTRE RÉDACTION

    Ecouter +
  • Mémoire de chez nous

    LE MAGAZINE RADIO DE LA REDACTION

    Ecouter +
  • Hit music

    HIT PARADE MUSICAL DU KMER

    Ecouter +
Document sans nom
COMPTEUR
DE
VISITES
Aujourd'hui : 544 Cette semaine : 13989 Ce mois : 54154 Total visiteurs
Hier : 613 La semaine passée : 18430 Le mois passé : 65043 2630043


© Copyright 2013® AIC - Agence Africaine d'Information et de Communication. Tous droits réservés.