Document sans nom Document sans nom
Slider Kit > Image fx add-on
JPEG - 50.8 ko
JPEG - 246.9 ko
logo
JPEG - 239.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
entete
Milonic DHTML/JavaScript Menu Sample Page DHTML JavaScript Menu By Milonic
Historique Présentation Nos produits Notre réseau Espace client
Flash news

CAMEROUN : IL NE RESTERAIT PLUS QU’ENVIRON 250 PYGMEES BEDJANG !

200 F.CFA (0,30 EUROS) : ACHETEZ UNE CHANSON CI-DESSUS DANS "ESPACE CLIENT".

◊  ACTUALITE > Sport > → CAMEROUN : LA LIGUE DE FOOTBALL PROFESSIONEL ENTREPREND DE CREER 12000 EMPLOIS

La loi sur la défiscalisation en faveur du football professionnel, si elle est venait à encourager les hommes d’affaires et les entreprises à s’investir dans le football, la Ligue de football professionnel du Cameroun pourrait disposer d’un budget de 15 milliards de francs Cfa par an et créer 12 000 emplois directs.

Général Pierre SEMENGUE, président de la Ligue de football professionnel du Cameroun

Le général d’armée à la retraite et président de la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc), Pierre Semengue, envisage de porter le nombre de clubs du Championnat ligue 1 de 18 à 20 clubs, pareil pour le championnat Ligue 2, et de créer une Coupe de la ligue. Ce changement permettrait de faire jouer au moins 50 matches par saison à chaque équipe. Et si les clubs peuvent disputer 50 matches par saison, les joueurs gagneraient en compétitivité. Mais pour qu’on y parvienne, chaque club devra devenir professionnel, c’est-à-dire une véritable entreprise jouissant du statut soit de SARL, soit de Société Anonyme, ou de Société d’économie mixte. Pour le général Pierre Semengue, «  la plupart de nos clubs ont fait cette mutation, mais ils ne fonctionnent pas comme des clubs professionnels. Ceux qui fonctionnent comme tel, fonctionnent mal. » Car un club professionnel, pour le président Semengue, est un club disposant d’une structuration complexe mais certaine : un siège social avec une administration, un directeur technique, une infirmerie, un entraîneur, un psychologue, un kinésie thérapeute, un médecin de sport, un centre de formation avec les différentes catégories de joueurs (des débutants jusqu’aux juniors), une équipe de réserve, une équipe féminine, une équipe masculine pour un minimum de 300 personnels y compris les 30 joueurs du club. Soit au total, si on en était là, 12 000 personnes en emplois directs en Ligues 1 et 2. Mais le Cameroun en est encore si loin.

Sur la question du médecin de club, Pierre Semengue souligne que la médecine de sport n’existe pas encore au Cameroun : «  A l’heure actuelle, quel est l’hôpital camerounais qui peut opérer un joueur et dire dans deux mois, il pourra jouer un match ? Il n’y en a pas !  », indique-t-il. Bien plus, le président de la Lfpc précise : « Nous devons avoir au moins un stade par département. Pas nécessairement olympiques, mais des stades de 5000 à 15 000 places  ».

Très beau rêve pour ce soldat de haut de rang connu pour sa rigueur. Mais pour que son rêve socio-sportif devienne réalité, il y a des conditions économiques. Le budget de la Lfpc devra être porté des 1 milliards 320 millions actuels à 15 milliards de francs cfa par an. A titre comparatif, le général du football camerounais jette d’ailleurs un regard flatté sur le Gabon voisin, qui finance à hauteur de 12 milliards de francs Cfa par an son championnat de 14 clubs.

Il y a donc nécessité d’inciter les hommes d’affaires et les entreprises au financement du foot camerounais, appelé désormais à retrouver ses performances perdues. Et comment les inciter ?

Créée il y a quatre ans, la Lfpc a fait le lobbying et insister auprès des législateurs pour une compréhension des enjeux du financement du football par les entreprises. Le législateur a légiféré. Il existe désormais un cadre juridique portant mesures de soutien au développement du sport, et mesures de soutien au développement des infrastructures de sportives. Ces mesures incitent les entreprises à financer le sport en général et le football en particulier. A ce titre, les dons et subventions octroyés aux clubs participant aux compétitions nationales pour un montant de 300 millions à 5 milliards de francs Cfa, sont déductibles des impôts. Dans le cadre des infrastructures sportives, il existe désormais un régime des contrats de partenariat public-privé pour la construction des infrastructures sportives. C’est-à-dire qu’un opérateur économique peut s’investir à construire une infrastructure sportive qui reviendra à l’Etat après un certain nombre d’années d’exploitation par ce privé. Comme avantage, l’investisseur aura une décote de 5% sur la TVA pendant les cinq premières années d’exploitation, les enregistrements de tous les droits lui seront exonérés de taxe. Elle sera exonérée de la TVA, des taxes et droits de douane sur les prestations dans le cadre de l’ouvrage dont les matériaux sont importés.

Pour les entreprises qui réaliseront des projets sportifs pour un investissement supérieur à 5% de leur chiffre d’affaires, elles ne paieront que 5% du taux d’impôts sur les sociétés. Entre autres mesures incitatives, pour une entreprise investissant de 1 milliard à 5 milliards de francs dans les infrastructures sportives, elle sera exonérée des impôts liés à la réalisation du projet.

Pour faire entendre cela, la Lfpc a procédé ces derniers jours à une campagne de vulgarisation de la loi sur la défiscalisation en faveur du foot professionnel, pour démontrer que les opérateurs économiques ne jettent pas de l’argent en l’air en finançant le sport en général, et le football en particulier : « les victoires sportives participent de la paix sociale et de la fierté nationale. Par le sport, nous participons à la lutte contre Boko Haram », affirme le général Pierre Semengue qui convie les entreprises à soutenir la Ligue de football professionnel du Cameroun, à soutenir le football et promet que la Lfpc saura mériter les sacrifices qui seront faits pour le footabll : «  nous aurons nos portes ouvertes pour que ceux qui mettent leur argent dans le football viennent voir comment cet argent est géré », martèle-t-il.

D’ailleurs, le Responsable Marketing de la Lfpc démontre que le Ligue est non seulement une association agréée par l’Etat du Cameroun et la Fécafoot, mais aussi une entreprise de production de jeux de divertissement qui sont les spectacles de football dont les joueurs de Ligue 1 sont rémunérés à hauteur de 100 000 francs par mois, et les joueurs de Ligue 2 à hauteur de 50 000 francs, et qui paie 260 millions de francs Cfa par an pour les indemnités des arbitres. Bientôt, soutient-il, la Coupe de la Ligue qui se jouera en 39 journées constituera un produit que la Ligue voudrait vendre aux entreprises intéressés de gagner de l’argent par le biais du football. Et déjà, comme premier résultat de la campagne lors de son étape de Douala le 23 juillet dernier, une importante société de distribution des carburants et autres produits pétroliers a affirmé son intension à intégrer le projet socio-sportif de la Lfpc, de même que l’ordre des experts fiscaux du Cameroun et l’ordre des experts comptables du Cameroun devraient signer dans un avenir proche des Conventions pour un contrôle plus efficient de la gestion de la Lpfc et des clubs membres.

Le général Pierre Semengue se souvient qu’en 1990, le Cameroun était une nation de football performante. Le pays devait ses performances à 80% aux joueurs locaux et à 15% seulement aux meilleurs internationaux camerounais. Aujourd’hui, dit-il, il y a toujours des talents, hélas, qui s’exilent très vite faute d’un championnat national réellement professionnel.

Henri FOTSO

Dans la meme rubrique

CAMEROUN : LE GAZON DE NOS NOUVEAUX STADES DE FOOTBALL EN DANGER
Publié le : 19-Jan-2019    13:24:36 
JPEG - 297.1 ko
logo
Avec près de 20 nouveaux stades de football déjà opérationnels pour certains, comme ceux de Limbe, Buea, Bafoussam et Yaoundé, qui seront à la disposition des footballeurs camerounais pour les années à venir, nous nous interrogeons sur l’entretien des (...)
En savoir +
CAMEROUN : DES FEMMES QUI SE PASSIONNENT DU FOOT
Publié le : 15-Jun-2017    14:59:53 
JPEG - 316.6 ko
logo
L’une est quinquagénaire, l’autre est quadragénaire. Ce sont deux femmes camerounaises qui n’ont vécu et ne vivent que pour le foot : le football féminin. Elles sont encore plus déterminées d’autant plus que les Lionnes Indomptables par leurs prouesses (...)
En savoir +
CAN 2017 : LA CAF SATISFAITE DE L’ARBITRAGE ET DE L’AFFLUENCE !
Publié le : 01-Feb-2017    11:50:16 
JPEG - 51.7 ko
logo
La sortie prématurée du Gabon de la 31ème Coupe d’Afrique des Nations de Football, ainsi que le climat politico-économique de ce pays hôte, ont suscité de réelles appréhensions sur le côté populaire de la compétition. Voici le point que fait la CAF de (...)
En savoir +
CAN 2017 : LE GARDIEN GABONAIS VOULAIT MARABOUTER LE CAMEROUN ?
Publié le : 23-Jan-2017    13:35:28 
JPEG - 63.1 ko
logo
Avant le début du troisième match qualificatif pour les quarts de finale de la CAN 2017 dans la poule A de Libreville dimanche 22 janvier, le goal kipper des Panthères du Gabon a violé la cage du goal kipper des Lions indomptables. Une action perçue (...)
En savoir +
CAN 2017 : LE CAMEROUN TRÔNE A LA TETE DE LA POULE A, MAIS…
Publié le : 20-Jan-2017    17:26:08 
JPEG - 78 ko
logo
Ce dimanche 22 janvier 2017, ça passe ou ça casse au Stade de l’amitié à Libreville au Gabon. Si ça passe pour le Cameroun, ça casse pour le Gabon. Si ça passe le Gabon, ça casse pour le Cameroun. Pour que ça passe pour les deux pays frères opposés, il (...)
En savoir +

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8

Exclusivité
JPEG - 93.2 ko
CLICHES DU PARTI DE L’ESPRIT D’AVRIL 48
En savoir +
Hacked By Gezah
JPEG - 55.1 ko
VISITE D’ETAT DU PRESIDENT FRANÇAIS FRANÇOIS HOLLANDE AU CAMEROUN ET EN IMAGES
Visionner l'album
ECOUTER AIC Slider Kit > Menus
  • Le Journal audio

    L’ACTUALITÉ VUE PAR NOTRE RÉDACTION

    Ecouter +
  • Mémoire de chez nous

    LE MAGAZINE RADIO DE LA REDACTION

    Ecouter +
  • Hit music

    HIT PARADE MUSICAL DU KMER

    Ecouter +
Document sans nom
COMPTEUR
DE
VISITES
Aujourd'hui : 1007 Cette semaine : 14383 Ce mois : 54548 Total visiteurs
Hier : 796 La semaine passée : 18430 Le mois passé : 65043 2630437


© Copyright 2015® AIC - Agence Africaine d'Information et de Communication. Tous droits réservés.