Document sans nom Document sans nom
Slider Kit > Image fx add-on
JPEG - 50.8 ko
JPEG - 246.9 ko
logo
JPEG - 239.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
entete
Milonic DHTML/JavaScript Menu Sample Page DHTML JavaScript Menu By Milonic
Historique Présentation Nos produits Notre réseau Espace client
Flash news

CAMEROUN : IL NE RESTERAIT PLUS QU’ENVIRON 250 PYGMEES BEDJANG !

200 F.CFA (0,30 EUROS) : ACHETEZ UNE CHANSON CI-DESSUS DANS "ESPACE CLIENT".

◊  ACTUALITE > Communication > →  COMMUNICATION : DES HORIZONS NOUVEAUX AVEC LES MÉDIAS SOCIAUX

La radiotélévision internationale allemande, Deutsche Welle, encourage les médias du monde et les usagers pour une interactivité qui préserve l’identité en cultivant la diversité. Le point avec notre Envoyé spécial en Allemagne.

Le 2 février 2017, le Cameroun élimine le Ghana dans une demie finale de la Coupe d’Afrique des Nations de Football qui se joue au Gabon. Une équipe de Deutsche Welle, équipée d’un Smartphone, diffuse en direct une ambiance de joie folle depuis une rue de Libreville. Plusieurs milliers de personnes suivent. Le 4 juin 2017 vers 23 heures, nous ouvrons l’application Whatsapp sur notre tablette androïde. Nous recevons d’un ami un fichier vidéo présentant l’artiste musicien camerounais Longue Longue dans la cour de l’hôtel Sheraton à Chicago aux Etats-Unis. Un mécène lui déverse des centaines de billet de dollars sur la tête, va en chercher dans la malle arrière de sa voiture et revient lui en reverser, des milliers de dollars. Etonnante, la scène à répétition dure au total 3,55 minutes. Nous partageons aussitôt cette vidéo sur notre interface (www.facebook.com/henri.fotso) suivi par plus de 500 personnes. Le 19 juin 2017, au World Conference Center de Bonn en Allemagne, à l’occasion du dixième Global Media Forum (GMF) de Deutsche Welle, le Senior Social Producer de la chaîne américaine CNN, Yusuf Omar, fait un exposé sur les médias sociaux, avec démonstration vidéophonique en direct sur son Smartphone. Yusuf Omar compte plus de 3000 personnes qui le suivent sur son interface https://www.facebook.com/yusufomarsa.

TROIS EXEMPLES…

Les trois exemples ci-dessus présentent l’intérêt de diffuseurs médiatiques majeurs (DW et CNN) et d’un particulier (l’ami diffuseur de la vidéo d’un artiste et son mécène) pour les médias sociaux. Ces mêmes exemples illustrent le jeu entre ces instances et les médias sociaux. Ce jeu plein a un impact sur les publics. Les réactions des publics se manifestent par des clics classés « J’aime », « Etonnant », « Triste », etc. L’enjeu de ce jeu est l’information, l’interactivité, la propagande, l’enseignement, la découverte, bref, la communication interpersonnelle mais surtout de masse.

Des personnalités comme Yusuf Omar se sont ainsi illustrés à l’échelle planétaire par les médias sociaux. Yusuf appelle son style « le journalisme jeans », car tout ce dont il a besoin pour faire une vidéo ou prendre des photos et des interviews, se trouve dans son jeans. Au regard du développement des productions artistiques sur téléphone intelligent par ailleurs, on est tenté d’ajouter au concept de « journalisme jeans » de Yusuf Omar celui d’une « industrie culturelle jeans  ». Oui, des musiques, des représentations théâtrales, des films courts, moyens et longs métrages, sont désormais produits et diffusés via Wi-Fi, Internet, Bluetooth, entre autres applications numériques, à partir des caméras et Smartphones qui tiennent dans une poche de jeans.

Bien sûr, le « journalisme jeans et « l’industrie culturelle jeans  » sdressent à la « génération smartphone », à la « génération androïde », à la « société du numérique », à ce « public mobile » qui aime les nouvelles en mouvement. Ce public aujourd’hui, sans qu’on ne s’hasarder dans des chiffres à quelque échelle que ce soit, est de manière empirique plus important que le public classique de la télévision, de la radio et de la presse écrite. L’industrie numérique mobile facilite alors la documentation et transgresse les interdits plus ou moins raisonnables : «  Le public mobile veut des histoires crues, authentiques, pas polies, des émissions de télévision  », affirme Yusuf Omar fidèle à sa cause, lui qui a utilisé les médias sociaux et les applications comme Snapchat pour documenter son voyage de l’Afrique du Sud en Inde, en passant par Damas.

JPEG - 226.2 ko
logo

…. UNE MENACE ?

Les médias sociaux, selon Yusuf Omar, aident les gens à découvrir les gens, sans leur demander d’accorder leur programmation, comme cela se passe avec les médias classiques. Vus sous cet angle, ils constituent une menace pour les médias classiques. Mais ces derniers l’ont déjà compris et conquiert chaque jour un peu plus leur place dans les médias sociaux, autant que les médias sociaux s’incrustent dans les médias classiques. Et la numérisation est avant tout un lien direct entre les utilisateurs et les diffuseurs radiophoniques et télévisuels. « Les médias sociaux offrent une excellente occasion de contacter directement nos utilisateurs sur leurs téléphones mobiles », soutient le directeur général de Deutsche Welle Peter Limbourg. Ainsi, les diffuseurs internationaux majeurs cultivent désormais une interactivité avec leurs publics via les médias sociaux, notamment facebook, whatsapp et youtube. Ils postent des messages ciblés ou non en direction de leurs publics, et ceux-ci ont la possibilité de répondre à des questions d’actualité, voire des programmes culturels genres cinéma, théâtre et musique.

Les médias sociaux avec cette large portée permettent également d’accéder aux lobbies, de constituer des groupes d’influence, des groupes d’intérêt et autres factions. La journaliste pakistanaise Talha Hashmi, invitée lors du Forum mondial des médias de Bonn, estime pour sa part que la tendance des fausses nouvelles signifie que « les médias sociaux constituent une menace plus grande que les armes nucléaires en ce moment ». La pakistanaise déclare : "Ce qui se passe habituellement, c’est que les gens ordinaires ne sont généralement pas éduqués, ils n’ont jamais fait de recherches et ils n’ont ni l’expérience ni la technique". Et "Ils n’ont pas non plus de source pour vérifier les nouvelles qu’ils obtiennent." Hashmi cite l’exemple d’une photo d’une fille qui a fait des rondes sur Facebook depuis cinq ans. La publication indique que l’enfant a disparu et doit être retrouvé avec son père. "L’enfant s’est perdu il y a cinq ans à Hyderabad, en Inde", a-t-elle déclaré. "Elle a retrouvé sa famille trois mois plus tard. Et cinq ans plus tard, les gens continuent à faire circuler sa photo ... il doit y avoir une sorte de contrôle", lance-t-elle.

Alors, les journalistes professionnels, les médias classiques, entrent ici en jeu et souligne leur importance et leur nécessité. Le travail d’un journaliste « est d’informer », déclarée Peter Limbourg. Les journalistes peuvent aider à établir l’authenticité des nouvelles et créer la confiance avec leurs téléspectateurs, leurs auditeurs et leurs lecteurs. "Nous voulons leur permettre d’améliorer leur compréhension du monde", ajoute-t-il pour présenter le bien fondé du GMF.

… LIBERTE !

Les journalistes invités au GMF 2017 ont donc pu saisir l’occasion de rencontrer plus de gens et d’appréhender de nouveaux outils pour améliorer leur compréhension du monde et leur mission. Le thème du forum, « l’identité et la diversité », ne semble donc pas avoir été si mal choisi. Car il met sous les projecteurs la liberté d’expression, la numérisation et le journalisme citoyen. « L’identité et la diversité » se sont d’ailleurs manifestées durant les trois jours de rencontre dans des exposés, des échanges, des prestations scéniques avec des artistes venus d’Allemagne, du Zimbabwe, de Jordanie, etc. Loai Ahmed, journaliste politique de Jordanie, lui et ses collègues, ont à ce titre présenté une série de dessins animés politiquement critiques. "Je pense que c’est une bonne occasion d’exprimer ce que nous faisons et de montrer sur quoi nous travaillons ... nous nous attendons à obtenir beaucoup d’informations ici", dit-il.

L’Agence africaine d’information et de communication trouve pour sa part un triple intérêt dans le GMF : éventualité de partenariats nouveaux, amélioration de son projet numérique, et production didactique autour du thème de l’identité et de la diversité dans les médias.

N.B.  : SUIVEZ l’AIC SUR :
- YOUTUBE (https://www.youtube.com/channel/UCH...)
- FACEBOOK (https://www.facebook.com/agenceaic/)
- TWITTER (https://twitter.com/agenceaic).

Henri FOTSO, Envoyé spécial

Dans la meme rubrique

ALLEMAGNE : DEUTSCHE WELLE LANCE UN PROJET D’HISTOIRE POUR LES JEUNES AFRICAINS
Publié le : 20-Jun-2017    18:36:31 
JPEG - 121.5 ko
logo
Au deuxième jour du dixième forum mondial des medias, Deutsche Welle a lancé une série d’histoire pour les jeunes africains. Le projet, parrainé par la Fondation Gerda Henkel, présentera 25 personnalités exceptionnelles de l’histoire africaine en bande (...)
En savoir +
COMMUNICATION : DEUTSCHE WELLE INVITE LE MONDE A BONN
Publié le : 20-Jun-2017    11:13:50 
JPEG - 126.8 ko
logo
Le forum mondial des médias qu’organise la Deutsche Welle depuis 2007 mobilise des hommes de medias, des responsables gouvernementaux, des universitaires et des Ong à Bonn. Le futur de la communication est envisagé ici. L’ouverture de la rencontre (...)
En savoir +
DES ENTRAILLES D’UN CONFRÈRE A LA COMMUNAUTÉ
Publié le : 07-Sep-2015    19:20:03 
JPEG - 183.4 ko
logo
Et de 200 pour Thierry Ndong et ses collaborateurs. Le 200e numéro de l’hebdomadaire sous-régional de notre confrère Thierry Ndong, est entré en kiosque le lundi 7 septembre 2015. Occasion d’une conférence-débat sur les sujets d’actualité ce mardi 8 (...)
En savoir +
CAMEROUN : LE DG DE NEXTTEL PARLE DE LA 3 G ET DE LA TNT
Publié le : 17-Jun-2015    21:45:53 
JPEG - 50 ko
logo
Au Cameroun, les consommateurs ne savent plus à quel saint se vouer. Le pays migre tant bien que mal vers le tout-numérique, tant dans le domaine de la téléphonie que de la télévision terrestre. Dans sa mission d’être « l’écho de l’Afrique profonde… (...)
En savoir +
TNT ET 3G : L’IMBROGLIO CAMEROUNAIS
Publié le : 16-Jun-2015    20:44:16 
JPEG - 44.5 ko
logo
Jour J, c’était ce 17 juin 2015. Mais le ministre camerounais de la communication annonce que le Cameroun ne migrera pas à la télévision numérique terrestre (TNT) avant juillet. Il évoque un engorgement du port de Douala où le matériel serait bloqué. (...)
En savoir +

1 | 2

Exclusivité
JPEG - 93.2 ko
CLICHES DU PARTI DE L’ESPRIT D’AVRIL 48
En savoir +
Hacked By Gezah
JPEG - 55.1 ko
VISITE D’ETAT DU PRESIDENT FRANÇAIS FRANÇOIS HOLLANDE AU CAMEROUN ET EN IMAGES
Visionner l'album
ECOUTER AIC Slider Kit > Menus
  • Le Journal audio

    L’ACTUALITÉ VUE PAR NOTRE RÉDACTION

    Ecouter +
  • Mémoire de chez nous

    LE MAGAZINE RADIO DE LA REDACTION

    Ecouter +
  • Hit music

    HIT PARADE MUSICAL DU KMER

    Ecouter +
Document sans nom
COMPTEUR
DE
VISITES
Aujourd'hui : 585 Cette semaine : 14030 Ce mois : 54195 Total visiteurs
Hier : 613 La semaine passée : 18430 Le mois passé : 65043 2630084


© Copyright 2017® AIC - Agence Africaine d'Information et de Communication. Tous droits réservés.