Document sans nom Document sans nom
Slider Kit > Image fx add-on
JPEG - 50.8 ko
JPEG - 246.9 ko
logo
JPEG - 239.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
entete
Milonic DHTML/JavaScript Menu Sample Page DHTML JavaScript Menu By Milonic
Historique Présentation Nos produits Notre réseau Espace client
Flash news

CAMEROUN : IL NE RESTERAIT PLUS QU’ENVIRON 250 PYGMEES BEDJANG !

200 F.CFA (0,30 EUROS) : ACHETEZ UNE CHANSON CI-DESSUS DANS "ESPACE CLIENT".

◊  ACTUALITE > Environnement > → CAMEROUN : UN LOGICIEL POUR FAIRE FACE AUX CATASTROPHES A YAOUNDE

Les participants de l’atelier de Yaoundé ont aussi reçu des attestations

La montée des catastrophes a obligé les leaders de la Commune d’Arrondissement de Yaoundé VI constitués en plate-forme praticienne de réduction des risques de catastrophe à se réunir du 7 au 10 mai 2018. Avec l’appui du système des nations unies, ils voulaient améliorer leurs connaissances dans la perspective de l’élévation du niveau de préparation et de réaction de cette Commune face aux catastrophes.

Les phénomènes naturels et anthropiques ne cessent de menacer la vie sur la planète terre. En effet, les écoulements d’eau (torrents) causent des inondations, détruisent les exploitations agricoles, provoquent des glissements de terrain, etc. Le vent souffle en détruisant sur son passage les habitations, les infrastructures de base, le soleil réchauffe la terre et provoque la sécheresse, les déchets polluent l’environnement et causent des épidémies, sans oublier le tremblement de terre, entre autres dangers dans la plupart des pays du monde. Les dégâts consécutifs à ces phénomènes naturels et anthropiques sont énormes et se chiffrent en termes de vies humaines, des biens et d’anéantissement des moyens de subsistance.

En 2016, les statistiques du Bureau des Nations Unies pour la Réduction des Risques de Catastrophe (UNISDR) indiquent que l’on a enregistré à l’échelle du monde 457 catastrophes. Elles ont entrainé 12 752 décès, plus de 377 millions de blessés, 19,48 millions de personnes déplacées. En Afrique l’on enregistre 2 catastrophes par semaine, plus de 8 morts par jour, environ 900 mille blessés par mois. D’une manière générale, les pertes dues aux catastrophes se chiffrent entre 250 et 300 millions de dollars par an. Compte tenu de l’urgence, il importe pour les communautés de maîtriser les risques de catastrophe et de réduire les dégâts consécutifs. La protection des communautés vulnérables repose sur la connaissance des risques, l’adoption des mesures de protection, d’organisation des secours et de relèvement des victimes. Pour la communauté internationale, la meilleure gestion repose sur le niveau de préparation des membres des communautés vulnérables aux risques de catastrophes.

L’auto-évaluation de Yaoundé VI

C’est dans ce contexte que les leaders constitués en Plate-forme de Réduction des Risques de Catastrophe dans la Commune d’Arrondissement de Yaoundé VI se sont réunis du 7 au 10 mai 2018 sous l’égide de l’UNIDSR afin de réfléchir sur les voies et moyens permettant de rendre cette Commune résiliente aux risques de catastrophe. Les travaux étaient centrés sur l’évaluation de la vulnérabilité et de la capacité de Commune de Yaoundé VI à réagir en cas de catastrophes et sur la formation des membres de la plate-forme sur le suivi des risques. Par rapport aux menaces, Nkengne Sitchiewok Jean jules, le point focal de la Commune de Yaoundé VI, indique que « la population de la Commune est exposée aux risques d’inondation, notamment dans les quartiers Melen 3, melen 5, melen 6, melen 7B, Melen 8B Onana meuble, Nkolbikok 2, Elig-Effa, Biyeme-Assi, aux risuqes de glissement de terrain dans les quartiers Eba’a (Mvog-Betsi), Akok-Ndoe, d’épidémie dans la quasi-totalité des 24 quartiers de la Commune à cause des pollutions, d’accident de la circulation dû au mauvais état des routes, d’incendie à cause des mauvais branchements sur le réseau d’électricité, etc. » Il ajoute qu’ « une psychose hante actuellement la population du quartier Akok-Ndoe. A cause d’une pierre suspendue au sommet de la colline portant le même nom qui menace de dégringoler et dévaster les maisons situées dans le bas-fond. Cette situation critique a obligé les Ministres de l’Administration Territoriale (MINAT) et celui de la Décentralisation et du Développement Local à effectuer des descentes sur le terrain ».

Malgré ces menaces, la vulnérabilité est encore peu maitrisée car la Commune ne dispose pas de base de données sur les personnes et les biens susceptibles d’être affectés en cas de choc. La réaction est également peu organisée et sur ce point le chef de quartier Melen 7B, Sa Majesté Aboa Nkodo Chantal déclare que le 16 mars 2018 « la tornade avait emporté la toiture de sept (7) maisons y compris celle d’un établissement scolaire privé dans le quartier. Elle a saisi les autorités de la ville et leur réponse tarde à venir  ». Ce tableau peu reluisant de l’état de la réduction des risques de catastrophe à Yaoundé doit être amélioré. Pour cela, les facilitateurs des travaux dont Dr Isabel NJIHIA du bureau Afrique de l’UNISDR et Dr Flaviane BELVAL de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) vont amener les participants à situer la Commune de Yaoundé par rapport aux dix (10) points essentiels du Cadre d’Action de Sendai 2015 - 2030, à identifier les actions à mener et à élaborer un plan d’action pour la Commune de Yaoundé 6 en matière de réduction des risques de catastrophe.

Desinventar : le logiciel des catastrophes

S’agissant du suivi des catastrophes, un outil d’aide à la décision est présenté aux participants. Il s’agit du logiciel baptisé « Desinventar » qui permettra à cette Commune de Yaoundé d’enregistrer les données sur les catastrophes survenues puis de les transmettre au Gouvernement plus précisément au MINAT, Direction de la Protection Civile (DPC). Le Maire de la Commune, Jacques Onana Yoki, qui a présidé l’ouverture et la clôture des travaux, a réitéré l’engagement de la Commune de Yaoundé 6 à protéger la population à travers la réduction des risques de catastrophe sur son territoire. Le maire « invite l’ensemble des participants à mettre au capital de ce travail tout leur savoir-faire en vue de nous permettre d’atteindre les objectifs visés ». Par ailleurs, Jacques Onana Yoki souhaite que l’initiative soit étendue à « l’ensemble des communes du Cameroun d’abord et celles de la sous-région Afrique centrale. » Joignant la parole à l’acte il a exhorté son homologue de Yaoundé II, Luc Assamba, à s’engager dans la Campagne pour les villes résilientes. Ce dernier, sans hésiter a accepté la proposition et a signé l’acte d’engagement avec l’UNISDR ouvrant ainsi la voie pour une meilleure gestion des risques de catastrophe sur son territoire.

Pour la Commune de Yaoundé VI, l’aventure se poursuivra avec la finalisation de son plan d’action et sa mise en œuvre, afin d’accomplir efficacement la mission d’améliorer les conditions de vie de la population qui lui est assignée dans le cadre de la décentralisation.

ENTRETIEN AVEC DR ISABEL NJIHIA, SPECIALISTE DE L’UNISDR

JPEG - 48.2 ko
logo

Dr Isabel NJIHIA pendant l’atelier de Yaoundé

Agence AIC : Pouvez-vous éclairer l’opinion sur les raisons qui ont guidé le choix de la Commune de Yaoundé VI dans le cadre de cet atelier de formation ?

Isabel NJIHIA : La sélection de Yaoundé VI pour le projet financé par DEVCO intitulé Rendre les villes durables et résilientes, participe de la mise en œuvre de la Convention cadre de Sendai pour la Réduction des risques de catastrophe (RRC) 2015-2030 au niveau local grâce à l’engagement des dirigeants politiques en matière de réduction des risques de catastrophe et de développement durable à travers leur inscription à la campagne mondiale de rendre les villes résilientes. Les efforts au niveau local ont également été reconnus et, comme vous vous en souvenez, Yaoundé VI a été célébrée en tant que championne lors de la journée internationale de la réduction des risques de catastrophe en 2015.

AIC : Quels sont les objectifs de cet atelier de formation ?

IN  : Cette activité vise à promouvoir les efforts de RRC à Yaoundé VI. En renforçant les capacités des acteurs des différents secteurs et en fournissant des outils pour l’auto-évaluation, il vise à identifier les domaines critiques de mise en œuvre qui doivent être priorisés. L’atelier vise à renforcer les synergies entre les partenaires et à fournir une plate-forme qui favorise la coordination horizontale et verticale comme stipulée par la Convention cadre de Sendai.

AIC : Quel est votre sentiment à la fin de cet atelier ?

IN : C’est très excitant de voir quel travail a été consacré à l’autoévaluation. La diligence affichée par les participants pendant la durée de l’atelier a été impeccable. Les riches discussions sur le plan d’action et la mise en œuvre du système de données sur les pertes dues aux catastrophes, en coordination avec le ministère de la Protection civile, sont très prometteuses pour le programme de renforcement de la résilience aux catastrophes.

AIC : Que se passera-t-il après cet atelier ?

Après la rédaction du plan d’action et l’auto-évaluation, une vérification de l’information sera effectuée et un atelier de validation sera organisé. Les progrès réalisés dans la création de la base de données sur les pertes dues aux catastrophes seront également signalés. Connaissant les domaines de préoccupation prioritaires, les efforts seront maintenant dirigés vers les points de haute priorité pour une efficacité maximale. En outre, Yaoundé VI peut continuer à toucher d’autres villes comme il l’a fait pour Yaoundé II et les aider à renforcer leur résilience face aux catastrophes grâce à la réduction des risques. Ce fut un honneur de voir le maire de Yaoundé VI, Jacques Onana Yoki, si engagé dans la cause, et d’inviter le maire de Yaoundé II à l’atelier et à la campagne. Yaoundé II a depuis rejoint la campagne.

Dossier réalisé par Syriaque TALOM

Dans la meme rubrique

ECOLOGIE : L’ASSUREUR ALLIANZ MET DE L’ARGENT DANS LE CLIMAT
Publié le : 08-May-2019    20:33:05 
JPEG - 244.7 ko
logo
Sous la pression d’activistes, le plus grand assureur européen va contribuer à la lutte contre le changement climatique. Mais les activistes voudraient le pousser à aller plus loin, jusqu’à cesser d’assureur les investissements des vendeurs (...)
En savoir +
MONDE : RAPPORT CATASTROPHE DE L’ONU SUR LA SANTE
Publié le : 15-Mar-2019    09:16:05 
JPEG - 280.4 ko
logo
Alors qu’un sommet sur le climat vient de se tenir le 14 mars, à Nairobi au Kenya, est publié un rapport scientifique de l’ONU sur l’Etat de la planète et ses conséquences dramatiques pour les (...)
En savoir +
CAMEROUN : BIENVENUE AU CŒUR DU DANGER AKOK NDOE II A YAOUNDE
Publié le : 29-Sep-2018    11:25:08 
JPEG - 105.3 ko
logo
Nous sommes dans la Commune d’Arrondissement de Yaoundé 6, dans la capitale politique du Cameroun, plus précisément au quartier Etoug-Ebe II, au lieu-dit Akok Ndoe II. La population de cette zone est prise entre deux énormes (...)
En savoir +
CAMEROUN : L’ENVERS DU DECOR ENVIRONNEMENTAL DANS LA VILLE DE YAOUNDE
Publié le : 29-Sep-2018    11:21:35 
JPEG - 77.5 ko
logo
Les ouvrages de franchissement dysfonctionnent, paralysent la mobilité des personnes et des biens, provoquent des inondations dans de nombreux quartiers en saisons de pluie.
En savoir +
CAMEROUN : LUTTES INÉGALES CONTRE LES CATASTROPHES A YAOUNDE ET DOUALA
Publié le : 23-Aug-2018    22:41:47 
JPEG - 110.2 ko
logo
Douala et Yaoundé, les deux capitales (économique et politique) du Cameroun font régulièrement face aux catastrophes urbaines, qui sont tant naturelles que technologiques. Les thérapeutiques classiques ont montré leurs limites. Alors que Yaoundé a (...)
En savoir +

1 | 2 | 3 | 4 | 5

Exclusivité
JPEG - 93.2 ko
CLICHES DU PARTI DE L’ESPRIT D’AVRIL 48
En savoir +
Hacked By Gezah
JPEG - 55.1 ko
VISITE D’ETAT DU PRESIDENT FRANÇAIS FRANÇOIS HOLLANDE AU CAMEROUN ET EN IMAGES
Visionner l'album
ECOUTER AIC Slider Kit > Menus
  • Le Journal audio

    L’ACTUALITÉ VUE PAR NOTRE RÉDACTION

    Ecouter +
  • Mémoire de chez nous

    LE MAGAZINE RADIO DE LA REDACTION

    Ecouter +
  • Hit music

    HIT PARADE MUSICAL DU KMER

    Ecouter +
Document sans nom
COMPTEUR
DE
VISITES
Aujourd'hui : 1008 Cette semaine : 14384 Ce mois : 54549 Total visiteurs
Hier : 796 La semaine passée : 18430 Le mois passé : 65043 2630438


© Copyright 2018® AIC - Agence Africaine d'Information et de Communication. Tous droits réservés.