Document sans nom Document sans nom
Slider Kit > Image fx add-on
JPEG - 50.8 ko
JPEG - 246.9 ko
logo
JPEG - 239.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
entete
Milonic DHTML/JavaScript Menu Sample Page DHTML JavaScript Menu By Milonic
Historique Présentation Nos produits Notre réseau Espace client
Flash news

CAMEROUN : IL NE RESTERAIT PLUS QU’ENVIRON 250 PYGMEES BEDJANG !

200 F.CFA (0,30 EUROS) : ACHETEZ UNE CHANSON CI-DESSUS DANS "ESPACE CLIENT".

◊  ACTUALITE > Environnement > → CAMEROUN : L’ENVERS DU DECOR ENVIRONNEMENTAL DANS LA VILLE DE YAOUNDE

Les ouvrages de franchissement dysfonctionnent, paralysent la mobilité des personnes et des biens, provoquent des inondations dans de nombreux quartiers en saisons de pluie.

Les scènes sont terrifiantes et inimaginables en plein cœur de la cité capitale du Cameroun, Yaoundé, à l’ère de la modernité. De nombreuses personnes ne peuvent plus accéder ou vivre paisiblement et sereinement chez elles à cause d’un ouvrage de franchissement (pont, buse, dallot) envahit par les eaux en furie et/ ou bouché par des déchets solides et la terre. La situation est particulièrement dramatique dans plusieurs zones de la ville : Akok Ndoe au lieu-dit Pont Abega, Biyem-Assi au lieu-dit Biyeme-assi Lycée, Tsinga au lieu-dit Tsinga Elobi , Nkolbikok II au lieu-dit Carrefour MEEC et bien d’autres.

Yaoundé, la capitale politique du Cameroun a en effet du mal à assurer la mobilité durable de ses citadins à l’intérieur de son territoire et à maîtriser la quasi-totalité des inondations à cause des nombreux ouvrages de franchissement qui dysfonctionnent sur les différents cours d’eau qui la traversent. D’un site à l’autre, le constat est le même. A la tombée de la moindre pluie, les eaux des cours d’eaux débordent et rendent inaccessible l’ouvrage de franchissement existant. Par ailleurs, la circulation des eaux est souvent bloquée à l’entrée de l’ouvrage.

Lorsque l’on sait que la ville de Yaoundé est construite sur un site colinéaire, ce qui suppose une succession de zones de forte pente et de bas-fonds, comment expliquer que les ouvrages de franchissement qui permettent la circulation des personnes et des biens soient si peu adaptés. De manière récurrente, l’ouvrage est réalisé sur le lit mineur du cours d’eau au lieu du lit majeur. Ensuite la taille de l’ouvrage est problématique. Il est souvent petit à l’observation. En conséquence, à la tombée de la pluie, les eaux de crue débordent sur le majeur et l’ouvrage est inaccessible à cause du niveau d’eau qui avoisine les 1,5 à 2 mètres de hauteur suivant le cas.

La mobilité des personnes et des biens est du coup entravée tandis que la difficulté de circulation des eaux provoque l’inondation en amont. S’agissant de la mobilité, les candidats à la traversée doivent patienter des heures au bord du cours d’eau en attente de la baisse du niveau des eaux ou alors débourser des sommes d’argent pour se faire traverser. L’obligation de traverser le cours d’eau pousse la population à faire un choix entre des options variées en fonction du lieu. D’un côté, il y a les véhicules des particuliers notamment les Pick Up à quatre roues motrices qui sont mis à contribution contre rémunération, de l’autre des volontaires qui utilisent leur dos, le porte-tout et même la brouette pour assurer la traversée. Un coût supplémentaire de déplacement est alors nécessaire car pour ce service, les bénéficiaires doivent débourser entre 100 et 500 francs CFA à chaque situation. En ce qui concerne les inondations, la population de la zone de Nkolbikok continuent à accuser la buse de canalisation de la rivière Edzoa Mballa située au lieu-dit Carrefour MEEC, celle d’Elig-Effa ont accusé le pont situé à l’ancien ministère de l’Eau et Energie, les commerçants de l’Avenue Kennedy pointent du doigt les ouvrages de franchissement situés à la poste centrale (Boulevard du 20 mai), etc.

A quoi peut-on donc attribuer la mauvaise qualité des ouvrages de franchissement ? A un défaut de conception lorsque l’on sait que les phases de construction de l’ouvrage du type comprennent notamment l’étude technique de faisabilité incluant les études topographiques, hydrauliques, hydrologique, etc. ? A la mauvaise exécution avec ses ramifications qui sont la corruption et l’insouciance ce qui signifierait que les prestataires n’ont pas respecté leur cahier de charges ? Ou alors à l’insuffisance des moyens financiers ? Quoi qu’il en soit, la quasi-totalité des ouvrages de franchissement dysfonctionne dans la ville de Yaoundé.

Au demeurant, la souffrance des populations résidentes est palpable. La situation affecte dramatiquement les populations sans distinction de religion, d’ethnie, d’appartenance politique et de rang social. Autrement dit, lorsque l’ouvrage dysfonctionne, les eaux ne bloquent pas seulement les ressortissantes d’une ethnie particulière, certains catégories sociales (pauvres, opposants et partisans du gouvernement) et favorisent d’autres, ni les femmes et les jeunes seulement, mais tout le monde. Dans ces conditions où il n’y a de traitement de faveur pour personne, il importe pour nos techniciens et autres experts d’exécuter les travaux d’intérêt général suivant les règles de l’art, et aux autorités d’appliquer des politiques d’urbanisme avec rigueur et perspectives lointaines. Car Yaoundé n’existe pas seulement les contemporains, mais pour les générations futures !

Syriaque TALOM

Dans la meme rubrique

ECOLOGIE : L’ASSUREUR ALLIANZ MET DE L’ARGENT DANS LE CLIMAT
Publié le : 08-May-2019    20:33:05 
JPEG - 244.7 ko
logo
Sous la pression d’activistes, le plus grand assureur européen va contribuer à la lutte contre le changement climatique. Mais les activistes voudraient le pousser à aller plus loin, jusqu’à cesser d’assureur les investissements des vendeurs (...)
En savoir +
MONDE : RAPPORT CATASTROPHE DE L’ONU SUR LA SANTE
Publié le : 15-Mar-2019    09:16:05 
JPEG - 280.4 ko
logo
Alors qu’un sommet sur le climat vient de se tenir le 14 mars, à Nairobi au Kenya, est publié un rapport scientifique de l’ONU sur l’Etat de la planète et ses conséquences dramatiques pour les (...)
En savoir +
CAMEROUN : BIENVENUE AU CŒUR DU DANGER AKOK NDOE II A YAOUNDE
Publié le : 29-Sep-2018    11:25:08 
JPEG - 105.3 ko
logo
Nous sommes dans la Commune d’Arrondissement de Yaoundé 6, dans la capitale politique du Cameroun, plus précisément au quartier Etoug-Ebe II, au lieu-dit Akok Ndoe II. La population de cette zone est prise entre deux énormes (...)
En savoir +
CAMEROUN : LUTTES INÉGALES CONTRE LES CATASTROPHES A YAOUNDE ET DOUALA
Publié le : 23-Aug-2018    22:41:47 
JPEG - 110.2 ko
logo
Douala et Yaoundé, les deux capitales (économique et politique) du Cameroun font régulièrement face aux catastrophes urbaines, qui sont tant naturelles que technologiques. Les thérapeutiques classiques ont montré leurs limites. Alors que Yaoundé a (...)
En savoir +
RISQUES DE CATASTROPHES : VINGT VILLES DU MONDE ENTRENT EN SCÈNE
Publié le : 13-Aug-2018    12:12:32 
JPEG - 72.7 ko
logo
Le renforcement des capacités de résilience des villes aux catastrophes est l’objet de la rencontre de deux jours regroupant les responsables de cinq (5) communes d’Afrique centrale, des responsables en charge de la protection civile aux niveau des (...)
En savoir +

1 | 2 | 3 | 4 | 5

Exclusivité
JPEG - 93.2 ko
CLICHES DU PARTI DE L’ESPRIT D’AVRIL 48
En savoir +
Hacked By Gezah
JPEG - 55.1 ko
VISITE D’ETAT DU PRESIDENT FRANÇAIS FRANÇOIS HOLLANDE AU CAMEROUN ET EN IMAGES
Visionner l'album
ECOUTER AIC Slider Kit > Menus
  • Le Journal audio

    L’ACTUALITÉ VUE PAR NOTRE RÉDACTION

    Ecouter +
  • Mémoire de chez nous

    LE MAGAZINE RADIO DE LA REDACTION

    Ecouter +
  • Hit music

    HIT PARADE MUSICAL DU KMER

    Ecouter +
Document sans nom
COMPTEUR
DE
VISITES
Aujourd'hui : 899 Cette semaine : 14275 Ce mois : 54440 Total visiteurs
Hier : 796 La semaine passée : 18430 Le mois passé : 65043 2630329


© Copyright 2018® AIC - Agence Africaine d'Information et de Communication. Tous droits réservés.