Document sans nom Document sans nom
Slider Kit > Image fx add-on
JPEG - 50.8 ko
JPEG - 246.9 ko
logo
JPEG - 239.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
logo
JPEG - 42.9 ko
entete
Milonic DHTML/JavaScript Menu Sample Page DHTML JavaScript Menu By Milonic
Historique Présentation Nos produits Notre réseau Espace client
Flash news

CAMEROUN : IL NE RESTERAIT PLUS QU’ENVIRON 250 PYGMEES BEDJANG !

200 F.CFA (0,30 EUROS) : ACHETEZ UNE CHANSON CI-DESSUS DANS "ESPACE CLIENT".

◊  ACTUALITE > Politique > → Anatole Mvena : la retraite en travaillant pour les retraités

Il est né le 29 décembre 1949 à l’Hôpital Laquintinie, à Douala, capitale économique du Cameroun. Le grand patriarche, Anatole Mvena ne porte toutefois pas ses 64 ans, ni ses 36 ans de service à la défunte Société nationale des eaux du Cameroun (Snec) dont il jouit aujourd’hui d’une remarquable retraite. Sa bonhomie et sa vivacité rappellent son frère cadet, Yonkeu Paul Debains alias Pablo, lorsque celui-ci faisait la loi dans la défense de Racing football club de Bafoussam au milieu années 1980, et même lors d’un court séjour dans le Canon de Yaoundé. Sa rigueur sur les questions sociales, politiques et culturelles, rappelle son regretté frère ainé, l’écrivain philosophe et enseignant Victor Kamga disparu en 2005. De parents originaires de Bandja sur les hautes terres de l’Ouest Cameroun, Anatole Mvena est ce vieux qui traîne derrière lui une longue et riche carrière de militant politique au sein de l’Union camerounaise (UC) puis de l’Union nationale camerounaise (Unc) sous le premier président camerounais Ahmadou Ahidjo, avant de rallier l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP) de Bello Bouba Maïgari, ce parti d’opposition allié du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) de Paul Biya. Bref, Anatole Mvena est ce chef de famille qui n’était jamais allé au devant de la scène, jusqu’à la veille du double scrutin municipal et législatif du 30 septembre dernier lorsque sa liste UNDP a été disqualifiée par l’administration électorale, lui donnant l’occasion de soutenir la liste RDPC dans la circonscription de Douala 2ème. Option : participer à la construction du Cameroun

Pour ce faire, le militant très réservé se révèle comme n’avoir été jusque là que de réserve. Il devient comme un joueur de football qui quitte le banc de touche, se montre redoutable, offensif et prêt à changer le cours du jeu. C’est à la vue du ballottage de ses camarades de l’UNDP après le rejet de leur liste aux municipales, certains voulant voter l’ANDP d’Amadou Moustapha, un « frère du nord » de leur président Bello Bouba, d’autres voulant à contrario voter le SDF du Chairman John Fru Ndi ou le « très fluorescent » MRC de Maurice Kamto : « Ayant milité dans l’UNC, déclare Anatole Mvena dans Le Messager N°3930 du 26 septembre, en page 6, je me retrouve aujourd’hui dans l’UNDP pour assister à la construction du Cameroun. Je crois en l’intégrité, en la moralité de ce parti visionnaire qui a fait alliance avec le RDPC. Je ne suis pas mandaté pour porter le message sur les consignes de vote de mon parti. Mais je sais que l’UNDP est un parti responsable comme le RDPC avec lequel il gère le pays avec méthode et détermination ». Et de poursuivre : « Je ne peux pour l’instant parler qu’en tant que natif de Douala 2ème et patriarche de cette ville de Douala qui rendrait tout le Cameroun malade si elle était elle-même malade. Autrement dit, conclut Anatole Mvena, j’invite les populations qui auront le mérite de s’être inscrites et d’avoir retiré leurs cartes biométriques de vote à faire confiance chacun en son parti et de participer à l’œuvre de la construction nationale ».

Paul Biya, ni hypocrite ni fourbe

L’ancien maître d’école primaire des années 1970 à Pitoa dans l’Extrême Nord du Cameroun, c’est-à-dire bien Anatole Mvena, dans ce discours politique, appelait en réalité à voter pour le parti de Paul Biya qu’il soutient et défend « pour son sens de loyauté, de discipline et de rigueur », selon ses dires. Et pourquoi ne milite-t-il donc pas directement au RDPC ? « Si tout le monde milite au RDPC, le pays sombrera dans un monolithisme anachronique, ce qui est dangereux pour le développement. Pour aider le président Biya à avancer dans son vaste programme de grandes réalisations, il ne faut pas être nécessairement au RDPC. Même les Chinois, les Indiens et les Brésiliens l’assistent. Il ne faut pas nécessairement être un Camerounais pour travailler au progrès du Cameroun. Car le Cameroun qui avance, c’est l’Afrique qui progresse. Et l’Afrique, c’est l’avenir du monde ». Le RDPC a finalement gagné dans la circonscription d’Anatole Mvena, comme dans la majorité des circonscriptions du pays. Le patriarche Mvena promet encore plus de soutien à son champion : « En effet, quand j’avais vingt six (26) ans, en 1975, je me souviens que j’ai vu le Premier ministre Paul Biya, à l’inauguration du marché central de Douala, habillé en costume, bel homme tel un blanc. Il ne portait pas une gandoura pour plaire au seigneur de l’époque, mais alors que les grands dignitaires de l’époque le faisaient : M. Ayissi Mvondo, Guillaume Bwele et bien d’autres encore. A partir de cet exemple, je voudrais que tous les Camerounais sachent que leur président n’a jamais été ni un hypocrite ni un fourbe », indique-t-il dans sa déclaration postélectorale parue dans Le Messager N°3939 du 10 octobre dernier.

De la ville au village et vice-versa

Dans sa retraite d’ancien employé de catégorie 4 de la Snec, Anatole Mvena semble plus actif qu’hier. Quand il n’est pas à Douala, il est à Bandja sur la terre de ses ancêtres. Ici, l’ancien responsable des relations extérieures et chargé du protocole du directeur général de la Snec Clément Obouh Fegue (qui aura passé une trentaine d’année à la tête de cette entreprise) devient travailleur champêtre produisant des vivres saisonniers tels que le maïs, le haricot, l’arachide, le pistache et autres produits alimentaires de base en pays bamiléké. Aussi entrepreneur touristique dans son village, Papa Anatole (comme on l’appelle à Bandja) dispose d’un Snack et d’un circuit sur terre nue, fait de paysage tropical arboricole et montagneux, qui vous conduit, entre chants d’oiseaux et bruissements de bestioles, sur six kilomètres au bout desquels vous gouterez au plaisir d’une bière rafraîchie à l’air froid des hautes terres du « grassfield ». Quand Papa Anatole n’est pas à Bandja, il est à Yaoundé pour ses affaires associatives. Et parlant d’association, le très dynamique Papa vient de mettre sur pied l’Association nationale des retraités pour le développement et la prévoyance collective (Asnatradep) dont le but premier est d’impulser et contribuer à la mise en place, à la consolidation et au développement, sur le plan national, d’un mouvement des travailleurs retraités engagés à œuvrer pour le développement et la prévoyance des membres. Bien sûr, l’Asnatradep compte parmi ses membres fondateurs des anciens employés de la défunte Snec. Mais il est ouvert aux travailleurs retraités d’autres secteurs professionnels. Tout petit, certes, Anatole Mvena rêvait d’être enseignant de carrière. Mais il n’aura passé que très peu de temps dans cette profession. Il demeure néanmoins frère éternel d’un enseignant écrivain philosophe de très regretté mémoire et d’un grand footballeur qui a raccroché aux Etats-Unis où il est installé. Aussi, le désormais Président de l’Asnatradep affirme avoir pour grand souvenir professionnel ses fonctions de chef du protocole à la défunte Snec, un poste qui lui a permis de grossir son carnet d’adresses au fil des ans, de côtoyer les grands du Cameroun et du monde. Ses hobbies après une si riche carrière ? Le président Mvena aime danser, et voyager. Et c’est ainsi qu’il est parfois hors du Cameroun, où il peut être sollicité à différents titres, mais, pour moins qu’il n’en est fait dans sa patrie. Vous avez dit la retraite en travaillant pour les retraités ?

QUELQUES REPERES

1971 : année d’obtention du dernier diplôme 1976 : année de recrutement à la Snec 2003 : année d’adhésion à l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Unpd) 2007 : départ à la retraite 2013 : création de l’ASNATRADEP (Association nationale des retraités pour le développement et la prévoyance collective)

Dans la meme rubrique

L’ARMEE CONGOLAISE CONFIRME LA MORT DU CHEF DES REBELLES FDLR EN RDC
Publié le : 18-Sep-2019    22:22:26 
JPEG - 78.7 ko
logo
Les autorités militaires ont confirmé la mort du chef des rebelles FDLR Sylvestre Mudacuruma et de plusieurs de ses proches lieutenants.
En savoir +
RDC : L’EMBARRASSANTE AFFAIRE DES 15 MILLIONS DE DOLLARS
Publié le : 16-Sep-2019    23:45:40 
JPEG - 22.8 ko
logo
Pour son implication présumée dans la disparition d’environ 15 millions de dollars des caisses de l’Etat, Vital Kamerhe apparaît désormais comme un handicap pour le président congolais.
En savoir +
LA PLUIE PROROGE L’ETAT D’URGENCE AU TCHAD
Publié le : 11-Sep-2019    23:03:20 
JPEG - 39.6 ko
logo
L’état d’urgence est prorogé de quatre mois dans trois régions du Tchad en proie à des conflits intercommunautaires : le Tibesti, le Sila et le Ouaddaï... à cause des intempéries.
En savoir +
MARTIAL BISSOG : « JE CONVOQUE UNE CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE CAMEROUN »
Publié le : 19-Jun-2019    00:02:52 
JPEG - 52.5 ko
logo
Il est l’un des rares auteurs camerounais de « best-sellers » : « L’Afrique et son cancer du colon » sorti aux Editions Doxa en France le 1er septembre 2015. Son jeune âge est le paradoxe de ses grandes ambitions dans un petit où le rêve fout le camp, (...)
En savoir +
JEAN MARC NGOSS : « JE SUIS LE PROCHAIN CHEF D’ETAT DU CAMEROUN »
Publié le : 06-Jun-2019    00:26:33 
JPEG - 94.8 ko
logo
Le leader du Parti de l’Esprit d’avril 48, Jean Marc Ngoss annonce qu’il est le troisième Chef d’Etat du Cameroun, le successeur de Paul Biya. Dans la pure tradition africaine, et dans son antre de Mpodol dans la capitale économique du Cameroun, (...)
En savoir +

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8

Exclusivité
JPEG - 93.2 ko
CLICHES DU PARTI DE L’ESPRIT D’AVRIL 48
En savoir +
Hacked By Gezah
JPEG - 55.1 ko
VISITE D’ETAT DU PRESIDENT FRANÇAIS FRANÇOIS HOLLANDE AU CAMEROUN ET EN IMAGES
Visionner l'album
ECOUTER AIC Slider Kit > Menus
  • Le Journal audio

    L’ACTUALITÉ VUE PAR NOTRE RÉDACTION

    Ecouter +
  • Mémoire de chez nous

    LE MAGAZINE RADIO DE LA REDACTION

    Ecouter +
  • Hit music

    HIT PARADE MUSICAL DU KMER

    Ecouter +
Document sans nom
COMPTEUR
DE
VISITES
Aujourd'hui : 555 Cette semaine : 14000 Ce mois : 54165 Total visiteurs
Hier : 613 La semaine passée : 18430 Le mois passé : 65043 2630054


© Copyright 2013® AIC - Agence Africaine d'Information et de Communication. Tous droits réservés.